Accueil du site - Contact

Une semaine de guerre terroriste

Au cours de la semaine dernière, de nombreuses villes irakiennes sont devenues des champs de bataille entre les terroristes : la coalition des forces américaines et des groupes de Muqtada Al-Sadr et les autres groupes islamistes. Cette lutte a été caractérisée par l’indifférence envers les vies humaines que ce soit dans l’un ou l’autre camp ; les premières victimes ont été des femmes et des enfants. Les images de ces corps sans vie s’entassant dans les rues, les personnes innocentes déplacées, les habitations et les lieux de travail détruits, les tanks écrasant les personnes et le défilé sur les chaînes de télévision des otages humiliés et horrifiés, voilà ce qui a dominé l’actualité en Irak. Les activités courantes et quotidiennes ont cessé. Ecoles, universités, lieux de travail, commerces ont fermé et des couvre-feu ont été imposés dans divers endroits. Le pillage et autres crimes ont augmenté. Des innocents ont été pris entre les tirs croisés des forces terroristes.

D’un côté, on a l’armée de Mahdi et les milices d’autres groupes islamiques qui réquisitionnent les quartiers pour en faire des camps retranchés pour leur combat "sanctifié". Ils transforment femmes et enfants en boucliers humains. De l’autre, les troupes américaines qui, à l’aide d’hélicoptères Apache, de F16 et d eF18 et autres armes extrêmement sophistiquées, attaquent ces quartiers.

Le résultat de ce conflit est l’intensification d’une situation qui est déjà au-delà de la catastrophe : c’est la porte ouverte à une guerre ethnique et sectaire, à la famine et à la misère, à l’effondrement de tous les services sociaux et ceux de première nécessité et à l’élimination de toutes les libertés et des droits civils et politiques. Maintenant, chaque ville peut devenir un champ de bataille comme Fallouja et d’autres secteurs sensibles sont prêts à s’enflammer.

Les luttes quotidiennes et les mouvements de masse qui étaient émergeants et qui transparaissaient sous le gouvernement d’occupation, le Conseil de gouvernement, et l’autorité d’autres tendances réactionnaires, ont subis un choc en retour. Les événements de la semaine dernière en Irak ont révélé beaucoup de choses. Ces événements ont montré en Irak et dans le monde entier la nature et la brutalité réelles des deux pôles impliqués dans ce conflit.

Ils ont prouvé que le gouvernement des USA est prêt pour atteindre son but à tuer, comme d’habitude, des milliers et mêmes des millions d’individus. Les troupes des USA ont commis des massacres, appliqué la tactique de la “punition collective », et terrorisé les masses. Rien que pour Fallouja, plus de 600 personnes ont été assassinées, bon nombre d’entre elles étaient des femmes et des enfants. Dans d’autres régions de l’Irak, des centaines de personnes ont été tuées, encore ici, la majorité étant des civils innocents. Ces événements ont montré clairement la nature, les objectifs et la tactique des groupes islamistes, et notamment celui de Muqtada Al-Sadr.

Les atrocités commises par ces groupes en conflit avec les forces de coalition ont été choquantes. Comme sous l’ancien régime, ils ont délibérément exporté les combats dans les quartiers d’habitations et les zones de travail. Ils ont pris les logements comme abris dans leur combat contre les forces de coalition. La tactique barbare telle que celle de la prise d’otages ou de forcer des personnes à combattre avec eux, a été également employée. Dès que la milice d’Al-Sadr de Muqtada a saisi des villes, elle a pillé les bâtiments gouvernementaux et publics et des magasins. Ils ont forcé des étudiants, des universitaires, des ouvriers, et des commerçants à rejoindre "la grève générale" annoncée par ce groupe.

Le groupe d’Al-Sadr de Muqtada et son armée de Mahdi est le groupe principal impliqué dans ce combat. On estime que l’armée de Mahdi, selon la plupart des rapports, est composée entre cinq et dix mille membres. Une partie significative de groupe de Muqtada Al-Sadr a été formée des restes du parti baasiste, des Feddayin de Saddam et d’autres groupes répressifs baasistes. En rejoignant le groupe d’Al-Sadr, ces criminels se mettent à l’abri de la vengeance du peuple. Beaucoup de criminels libérés par le régime baasiste juste avant la guerre, ont également rejoint cette milice.

La grande majorité de ceux qui restent est composée de la jeunesse faible, privée, désespérée et sans emploi de taudis les plus pauvres de Bagdad et d’autres villes centrales et méridionales. Ils l’ont rejoint pour se fixer, puisque les islamistes sont les maîtres à exploiter le dénuement et payent généreusement la fidélité de cette jeunesse désespérée. Ces Islamistes exploitent également la superstition et les pensées réactionnaires qui ont été renforcées dans la société depuis dix ans. Beaucoup de membres déclarent publiquement qu’ils ont rejoint cette milice parce qu’ils sont dans le besoin. L’attrait pour la drogue et la colle s’est répandu parmi ses membres, qui dirigent le trafic de stupéfiants d’Iran. La grande majorité a reçu sous le régime de Saddam une bonne formation militaire ou récemment en s’entraînant, grâce à la bienveillance iranienne, dans des camps près de la frontière. L’Iran soutient fortement ce groupe comme élément dans son conflit contre les USA. L’objectif principal de l’Iran est de déstabiliser l’Irak et créer assez de problèmes en Irak pour maintenir les USA occupés là-bas.

En dépit des déclarations intempestives du groupe de Al Sadr, il n’a pas l’appui significatif de la population en Irak. En outre, il a accablé la population - non seulement parce qu’il a délibérément transféré sa guerre terroriste avec les USA dans les quartiers, et en enrôlant des innocents manipulés dans son combat, mais également en raison des crimes qu’il a commis pendant la dernière année. La grande majorité considèrent ce groupe comme un gang criminel plutôt qu’un groupe politique. Dans Nasiryiah, par exemple, le peuple a forcé ce groupe à se retirer de tous les établissements et sécurité gouvernementaux et demandé que le transfert soit fait auprès des forces italiennes et la police locale.

Ces événements montrent également avec évidence que le projet des USA en Irak a échoué. Assurément, les USA triompheront contre l’armée de Mahdi de Muqtada Al-Sadr , et contre les groupes combattant dans Fallouja. Cependant, ils n’est pas certain qu’il l’éliminent totalement. Plus mauvais encore sont la naissance de liens et d’une coopération entre le groupe d’Al-Sadr et les groupes terroristes appartenant à Al-Qaida et d’Usama Ben Laden. Ceci peut rendre la situation plus imprévisible, et il est difficile d’en deviner les conséquences potentielles.

Une année après que la chute de Saddam Hussein, la coalition lutte pour s’imposer en Irak. Depuis quelques jours, la situation a tellement été détériorée qu’elle est plus mauvaise qu’au lendemain de l’immédiat après-guerre. Les USA n’ont pas rétabli la sécurité dans tout le pays, qui est le service minimum que n’importe quelle population s’attend de l’état. L’image mythique du « libérateur américain » s’effondre. L’idée d’une démocratie qui démarrerait de Bagdad et se diffuserait vers d’autres pays arabes disparaît. Plus important, la mission des USA en Irak n’a jamais été si nébuleuse. Il n’y a aucune formulation claire sur la façon de stabiliser le pays ou comment le pays pourrait vivre en paix à l’avenir. L’Irak semble de plus en plus être ingouvernable sous la coalition. L’Irak est aujourd’hui un pays sans futur. D’ailleurs, les USA n’ont aujourd’hui aucun plan viable pour sortir de cette situation.

Cette fois, le combat peut se calmer avec précision parce que le peuple n’y a pas participé. C’est une guerre entre les forces de coalition et les groupes et les restes islamiques du régime baasiste. Cependant, la haine contre des forces de coalition monte. Le soupçon et la méfiance envers les intentions des USA augmentent. Le désespoir et la crainte sur l’avenir dominent. La patience des masses s’épuise rapidement. Si le chaos et son manque de sécurité et de droits continuent, la coalition devra combattre un sentiment contre al coalition dans tout le pays, et la coalition accompagnera le peuple de l’Irak dans les fleuves du sang, de l’amertume et de la haine.

Les objectifs proclamés des deux tenants de cette guerre diffèrent complètement des objectifs réels. Les objectifs annoncés par les USA est juger de Muqtada Al-Sadr parce qu’il a tué M. Al-Khoai (un autre religieux réactionnaire mais loyal de l’Ouest), et d’imposer la loi et l’ordre. Cette réclamation est hypocrite et trompeuse. Les USA ont certainement soutenu les groupes islamiques. Même en ce qui concerne de Muqtada Al-Sadr, les USA ont permis la formation de l’armée de Mahdi et ont toléré tous ses crimes contre le peuple. C’était les forces de coalition qui ont fermé les yeux face aux atrocités commises par ce groupe et d’autres groupes islamiques pendant la dernière année, ce sont les forces de coalition qui ont facilité l’expansion de leur influence dans beaucoup de secteurs en Irak.

Entre autres, l’armée de Mahdi a imposé le voile aux femmes dans les villes méridionales de l’Irak. Il a également détruit des magasins de boisson alcoolisée et a tué leurs propriétaires. Pendant Noël de l’année dernière, ce groupe a tué 8 chrétiens accusés de vendre des boissons alcoolisées dans la ville de Bassora. Ils tuent leurs adversaires après les avoir accusés d’être des membres du parti baas. Un jour ne passe pas sans assassinats et ils jettent les corps dans les quartiers pour terrifier des personnes et leurs adversaires. L’armée cultive également le "mariage de plaisir," qui est une autre forme de prostitution et permet maintenant des affaires très profitables dans les régions où ils règnent. Ils oppriment toute liberté d’expression, y compris la liberté de s’organiser et de manifester. Ils répriment brutalement n’importe quelle protestation de masse. Ce groupe, avec les partis nationalistes kurdes, a incité des tensions sectaires et ethniques dans Kirkuk causant la mort de douzaines de personnes et favorise une guerre ethnique et sectaire totale dans cette ville. Ils tuent les travailleurs qui coopèrent avec la coalition après les avoir stigmatisés comme "les collaborateurs des ennemis".

Le journal d’Al-Sadr de Muqtada, « Al-Hawza », a publié des fatwas condamnant à mort des communistes, des laïques, des femmes et des pratiquants d’autres religions pousse à la violence contre ses adversaires. Il colporte des idées extrémistes et réactionnaires, des traditions et des valeurs inhumaines. Il a provoqué des conflits religieux dans les universités, de sorte qu’ils ont pu y gagner du terrain. Ils ont volé l’aide humanitaire d’aide et l’ont vendu dans les mosquées. Ils pillent des établissements gouvernementaux. Ils occupent des centaines de bâtiments gouvernementaux. Ils sont la seule autorité réelle dans beaucoup de villes où ils ont installé leurs propres tribunaux et prisons. Ils ont transformé le sud de l’Irak en un autre Emirat proche du régime iranien où les terroristes et les organisations d’espionnage agissent librement. Ils menacent n’importe qui qui ne les soutient pas, non seulement des laïques et des femmes, mais même les religieux ou d’autres dirigeants chiites. Tous ces crimes ont été commis en présence des forces de coalition qui n’ont rien fait pour les arrêter. Les troupes de coalition n’écoutent pas des milliers de plaintes d’individus et des groupes laïques qui se lèvent contre le groupe d’Al-Sadr. La coalition n’évoque pas ces crimes perpétrés contre la population. La seule charge retenue contre Al-Sadr est le meurtre d’Al-Khoai.

Juste après la guerre, l’Amérique a eu beaucoup besoin de ce groupe et des autres groupes islamistes en leur faisant jouer un rôle actif dans la suppression des mouvements de masse de protestation et en imposant une atmosphère de dictature réactionnaire. En conséquence, elle a fermé les yeux sur les agissements du groupe de Muqtada Al-Sadr même si elle savait que ce groupe est sous la coupe du régime iranien qui s’en sert comme moyen d’intervention en Irak. Il crée des problèmes pour les forces de la coalition et empêche également la mise en place d’un régime laïque. La politique irakienne des USA est dans l’impasse. Les activités terroristes des groupes islamiques perpétrés au nom de la résistance ont augmenté. L’effort de l’Amérique pour "vietnamiser" la guerre en Irak (c.-à-d., mener une guerre entre les Irakiens eux-mêmes sous conduite américaine) a échoué. Tout ça motive les USA pour limiter l’influence de l’Iran en Irak et de détruire l’outil de son ingérence : le mouvement de Sadr d’Al. Le rôle de ce groupe est du point de vue de l’Amérique terminé, particulièrement maintenant qu’Al-Sadr de Muqtada montre un grand appétit pour capter le pouvoir. Par conséquent, aujourd’hui l’Amérique a décidé de tuer des centaines, peut-être des milliers d’irakiens, de défaire Al-Sadr, de le capturer, et de l’apporter à la justice.

D’autre part, Muqtada Al-Sadr affirme qu’il combat pour libérer les Irakiens des forces de coalition. Cependant, en dépit de toute cette rhétorique contre les forces de coalition et "les questions urgente du monde arabe et islamique" et le soutien des mouvements Hezbollah et Hamas, pour Al-Sadr et son groupe, ce combat est une lutte pour le pouvoir. Quoi que ce groupe ait pu avoir fait depuis 10 avril 2003, il combattait en partie pour le pouvoir.

Ce groupe a fait tout son possible pour éliminer l’autre leader du mouvement chiite. Comme nous l’avons dit, peu après la guerre, ils ont tué Al-Khoai pour l’éliminer en tant que rival pour la direction du mouvement chiite. Al Sadr a accentuer un discours anti-américain pour embarrasser l’autre direction chiite du Conseil gouvernemental, particulièrement dans le Conseil suprême de la révolution islamique d’Irak et dans le parti Al-Dawaa. Il a également attaqué Al-Sistani, l’autre religieux, et l’a stigmatisé comme le "Hawsa silencieux" (organisation sociale silencieuse). Ce groupe a pris d’autres mesures pour consolider sa position en tant que leader unique pour le mouvement chiite, telle que d’occuper les villes et les lieux "saints" en Irak afin de monopoliser les entrées d’argent comptant énormes dans ces endroits, et également de former un gouvernement pour remplacer le gouvernement formé par la coalition. Ils ont seulement abandonné ces mesures lorsqu’ils n’ont pas obtenu l’appui des masses.

Tous ces moyens étaient des tentatives pour ce groupe de s’imposer sur l’échiquier politique irakien et de gagner une partie du pouvoir qui maintenant est divisé par la Coalition entre divers groupes réactionnaires du pays. Un exposé récent d’Al-Sadr récapitule son intention : il dit que l’autorité doit être remise à "des hommes irakiens honnêtes" comme lui, bien entendu. Son arme principale n’est pas « l’iraquisme » ou l’islamisme mais son chiisme fondamentaliste. Par conséquent, il ne peut pas non seulement unir les Irakiens, mais il est également incapable de rassembler l’ensemble des forces islamistes. Al-Sadr a été le facteur principal pour l’explosion d’une guerre civile en Irak. Contrairement à la vision présentée par des médias occidentaux, son groupe n’est nullement radical, dans le sens qu’il adhère à certains principes seulement d’une façon extrêmement opportuniste.

Ce combat est réactionnaire et anti-humain au sens premier du terme. Sa prolongation mènera à situation répressive et obscurantiste, et transformera la société irakienne en une jungle effrayante où tous les dispositifs de la société civile auront disparu. Et c’est bien ce que veulent les USA et les groupes islamiques. Le triomphe d’une fraction dans ce conflit est une perte pour les masses en Irak, un recul supplémentaire aux régressions précédentes. Par conséquent, ce combat doit être arrêté. Établir une société civile normale en Irak exige de mettre fin ce combat réactionnaire et établir un régime laïque qui fixe des droits fondamentaux et des libertés. Ceci exige le retrait des forces de coalition et de les remplacer avec les forces internationales du maintien de la paix. Les USA, non seulement ne peuvent pas normaliser et établir une société civile en Irak, mais leur présence même est une source de chaos, d’insécurité, et de terrorisme, et les USA peuvent pas faire grand chose pour améliorer la situation actuelle.

Ce carnage quotidien en Irak va continuer et les USA ne pourront jamais normaliser la situation et combattre ses ennemis. Les défis auxquels les Etats-Unis font face maintenant en Irak n’ont pas émergé en un jour, puisque le gouvernement de Saddam Hussein s’est effondré il y a un an, mais sont réellement une accumulation de sa politique réactionnaire, son indifférence aux demandes pressantes de la population, son soutien aux forces réactionnaires en Irak, et sa politique envers les groupes islamiques. Les USA sont un état réactionnaire et se fonderont seulement sur des forces réactionnaires. On penserait que les USA et les autres forces de coalition soutiendraient des organisations laïques, pour essayer de miner l’influence des groupes religieux réactionnaires, mais c’est bien l’opposé qui se produit. Les USA sont terrifiés par tout signe progressiste et ne peuvent pas soutenir des groupes laïques ou progressistes. A la place, ils soutiendront fortement les divers groupes réactionnaires. Apaiser une partie des groupes islamistes en combattant les autres a été vital dans l’expansion d’Al-Sadr.

L’Amérique est incapable et peu disposée à établir un régime laïque parce qu’un régime laïque ne sert pas ses intérêts. Par conséquent, elle envisage la société irakienne comme un puzzle d’ensembles, d’appartenances ethniques et de tribus, et pas en tant que société civile comme avec d’autres sociétés dans le monde. La composition du Conseil gouvernemental, des ministères, des établissements publics, et de toute la politique des USA se fondent sur ce principe. En outre, les USA ne veulent pas éliminer l’Islam politique. Cette politique poussera la société irakienne dans le cercle vicieux de la réaction et de la guerre.

Mener la société irakienne à une normalité et établir une société civile exige également de limiter l’influence de l’Islam politique. Les groupes d’Islam politique, si alignés aux USA comprennent ceux siégeant au Conseil gouvernemental ou ces combattants anti-américains dans une prétendue résistance, sont les deux faces de la même pièce de monnaie. Du point de vue des travailleurs irakiens ils sont un ennemi. La victoire de la classe des travailleurs se produira seulement avec la défaite de ces groupes.

La défaite des USA et des groupes islamiques et la fin de la situation catastrophique quotidienne est la tâche de la classe des travailleurs irakiens et des progressistes. La classe des travailleurs et le Communisme-ouvrier irakiens sont les seules forces qui ont le potentiel de réaliser cette tâche et de créer une alternative humaniste, qui est l’établissement d’un état laïque et antinationaliste. Les masses irakiennes doivent établir leur propre front indépendant et se distinguer des rangs de l’Amérique et de l’Islam politique. La réalisation de cette tâche exige également les efforts de toute l’humanité progressiste dans le monde entier qui voit la société irakienne comme une société civile cherchant la liberté, la prospérité, la justice sociale et l’établissement d’un régime laïque.

Par Toma Hamid et Jalal Muhammad

12 avril 2004

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)