Accueil du site - Contact

A celles et ceux qui ont des illusions sur la Fédération irakienne des syndicats (IFTU)

Dans une lettre publiée dans le Guardian du 18 août 2004, Abdullah Mohsen, « représentant » de la Fédération irakienne des syndicats (IFTU) décrit l’invitation de Ayad Allawi, Premier ministre irakien non-élu, par Tony Blair à la conférence du Labour party comme « une opportunité pour ceux qui se sont honorablement opposés à la guerre d’étendre leur soutien aux démocrates irakiens qui essayent, dans les conditions les plus difficiles, de construire une véritable société civile ».

N’importe qui ayant manifesté ne serait-ce qu’une fois contre la guerre en Irak ne peut laisser Abdullah Mohsen parler ainsi en leur nom ; celles et ceux qui, comme moi, se sont opposés à cette guerre, ne l’ont pas fait pour ramener des marionnettes, ou des agents de la CIA comme Allawi et ses associés, au pouvoir en Irak. Quand celles et ceux qui s’opposaient « honorablement » à la guerre, Allawi et d’autres membres actuels du gouvernement provisoire passaient des accords avec les USA pour attaquer l’Irak et le transformer en un bain de sang pour les civils. C’est une insulte éhontée à toutes celles et tous ceux qui se sont battus contre cette guerre et ses innombrables victimes.

Ayad Allawi est un tueur baasiste, un dictateur à la Saddam. Il voudrait mettre en place un état d’urgence pour interdire tout rassemblement. Il a rétabli la peine de mort pour « ramener la stabilité en Irak ». Voilà les états de service du soi-disant « démocrate » dont nous parle M. Mohsen, la même sorte de démocratie que, selon un journaliste australien, ceux qui ont tué six prisonniers dans un commissariat.

M. Mohsen dit que ce type-là va construire une « véritable société civile », mais je suis pas certaine, moi, que ce M. Alawi et les gangsters de son entourage, qui ont été installés au pouvoir contre la volonté du peuple progressiste et laïque d’Irak par les gouvernements britannique et américain, va bâtir une « véritable société civile ». C’est à nous, le peuple d’Irak, les travailleurs, les femmes, les socialistes en Irak, de construire un Irak libre, égalitaire, prospère, laïque, moderne et progressiste. Cette « véritable société civile » sera construite par celle et ceux qui se sont battus contre la guerre, contre l’occupation et qui ont défendu les droits du peuple. Il sera construit par celles et ceux qui se soulevés contre la sinistre montée des islamistes qui veulent ramener l’Irak à la barbarie religieuse du Moyen Age, sous le poids de la charia islamique. Il sera construit par les travailleurs, les femmes, le peuple d’Irak, et non par les apprentis despotes comme Allawi qui, dès les premiers jours, se sont appuyés sur les Américains, ont attaqué les manifestations pour l’emploi, la sécurité sociale, les droits civils, sociaux et les droits des femmes.

Dans sa lettre, M. Mohsen va jusqu’à défendre le passé baasiste d’Allawi. Il dit : « Allawi est critiqué pour avoir été baasiste, mais beaucoup de gens honnêtes ont été baasistes ». Ces gens honnêtes dont parle M. Mohsen sont des travailleurs et des travailleuses, qui ont été contraints, sous peine de condamnation à de lourdes peine, voire à l’exécution, s’ils ou elles ne rejoignaient pas le parti Baas Pour protéger leurs vies, celles de leurs familles, ils ont accepté. Mais des personnalités de premier plan, comme Ayad Allawi, qui ont été impliquées dans des meurtres et des crimes contre le peuple irakien, c’est tout autre chose. Allawi a volontairement commis des crimes contre le peuple pour le compte de son parti et ses amis baasistes comme Saddam Hussein. Ce sont deux choses totalement différentes. Malheureusement, on ne peut pas réécrire le passé : il y a tant de témoins et de victimes de cette sombre histoire tracée par Allawi et ses semblables.

IFTU s’est opposée aux intérêts de la classe ouvrière. C’est un outil aux mains du gouvernement provisoire imposé contre les droits des travailleurs et travailleuses en Irak. IFTU n’est qu’une nouvelle version des syndicats d’état anti-ouvriers baasistes. Il faut leur dénier toute forme de soutien. Les travailleurs et travailleuses d’Europe doivent refuser de s’allier à eux, en raison de leur opposition aux droits des travailleurs et de leur soutien au gouvernement provisoire. IFTU a approuvé le soutien des gouvernements américains et britanniques au gouvernement provisoire d’Allawi. Tout soutien, toute reconnaissance de ce syndicat est un soutien direct à ce gouvernement et va contre les intérêts des travailleurs et du peuple d’Irak.

Certains, y compris - malheureusement - parmi les groupes de gauche, qui avaient soutenu le syndicat de M. Mohsen, IFTU, ont été désappointés, voire outragés, par ce qu’il a écrit dans le Guardian. Pour moi, ça n’a pas été une surprise. C’est la véritable nature d’IFTU qui se révèle. Nous avions attiré l’attention sur ce sujet depuis le début de l’occupation, ce qu’ils étaient, ce qu’ils représentaient, dans quel camp ils se trouvaient et quel était leur programme.

Aujourd’hui, l’Irak est devenu un champ de bataille pour les islamistes et les forces du Nouvel ordre mondial, mais il existe une troisième force, un front progressiste et laïque, qui combat pour la modernité, l’égalité, le bien-être, la liberté et l’humanité en Irak, au milieu du chaos créé par l’occupation américaine. Un front de travailleurs, de femmes, des droits du peuple, pour l’égalité pleine et inconditionnelle, constitué par la Fédération des conseils ouvriers et syndicats, dans le Syndicat des chômeurs d’Irak, l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak, l’Organisation de défense de la laïcité dans la société irakienne, et, en première ligne, le Parti communiste-ouvrier d’Irak.

Pour celles et ceux qui se sont opposé-es à la guerre, et qui s’opposent à l’occupation et au gouvernement imposé en Irak, il est temps de se montrer solidaire de ce troisième camp, du camp du peuple, qui est la seule alternative pour sortir de la catastrophe dont le peuple irakien est victime. Ce camp est un espoir réel, une solution humaine à la guerre, à l’occupation, à la pauvreté, à la réaction religieuse et à l’absence de droits.
Houzan Mahmoud, représentante en Angleterre de l’organisation pour la liberté des femmes en Irak (www.equalityiniraq.com).
Contact : houzan73@yahoo.co.uk

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)