Accueil du site - Contact

Conférence pour la reconstruction d’une Société Civile en Irak

Document final adopté par la Conférence pour la Reconstruction d’une Société Civile en Irak

L’Irak est devenue le centre d’une guerre internationale. Cette guerre a enflammé la région entière, et a sévèrement détérioré les conditions de sécurité de la société irakienne, et tous les pilliers essentiels de la vie des personnes en Irak. Tous les jours, une masse de civils qui n’ont aucun intérêt dans cette guerre, tombent, victimes de ce conflit sanglant. Le terrorisme et les opérations terroristes se sont transportés dans les lieux de vie et de travail du peuple, dans tous les pores de la société. La pauvreté, les privations, le chômage massif sont d’autres manifestations de la désintégration de la société civile en Irak. Des millions de sans-emploi sont écrasés par la famine et par l’absence d’espoir de se tirer de cette situation.

Les libertés politiques et civiles sont également menacées. La violation des droits basiques des masses - comme la liberté d’expression, la liberté de s’habiller comme on l’entend - ont pris de nouvelles dimensions. De même la torture des prisonniers, la disparition de centaines de citoyens, et les accusations contre les opposants politiques, sous des justifications frauduleuses comme “espionnage pour le compte de l’occupant” ou “soutien au terrorisme”. Ces accusations servent seulement à terroriser les masses et à éliminer les opposants.
La condition des femmes est détérioré, les violences contre leurs droits ont considérablement accru. Dans beaucoups de parties du pays, des lois imposent un statut inférieur aux femmes et les confinent au foyer. Toutes ces conditions placent le peuple d’Irak au bord d’un futur redoutable.

Le terrorisme ne peut être combattu par le terrorisme. La confrontation avec celui-çi est une confrontation politique et sociale plutôt que militaire. Des millions d’irakiens sont victimes de cette guerre qui oppose l’Amérique, l’Islam politique, et les restes du parti Baas. Le peuple d’Irak n’a aucun intérêt dans cette guerre. Cependant, il continue à la payer par son sang.

La continuation de cette situation appronfondie chaque jour la crise économique et politique et menace chaque secteur de la société des conflits tribaux, nationalistes et sectaires. Les factions belliscistes veulent étendre à toute la société irakienne ce qui se passe à Najaf, Falluja et Samraah - elles prévoient de généraliser le meurtre de civil, la destruction de la société civile et la violation des droits civiques.

Nous, les partis, syndicats, organisations professionnelles et de femmes, nous annonçons à la société irakienne notre responsabilité. Nous éxigeons la sécurité, la prospérité et une vie décente pour tous ceux qui vivent en Irak, quel que soit leur sexe, leur nationalité, leurs affinités religieuses, politiques et idéologiques.

La reconstruction des institutions sociales, qui assureront la sécurité, les droits sociaux et les libertés politiques, qui assureront les prérequis essentiels à la vie, est la tâche de toutes les forces intéressées dans la défense de l’humanité. Nous nous engageons à appliquer les principes mentionnés dans ce document. Nous nous engageons à respecter la feuille de travail [voir ci-dessous - NdT] présentée à cette conférence. Nous accceptons de travailler pour agrandir le front de la reconstruction de la société civile en en appelant à d’autres partis, qui n’étaient pas présents à cette conférence.

Signataires : Parti de l’Union Démocratique Chaldéenne, Parti de la Solution Démocratique Kurde, Parti Communiste-ouvrier d’Irak, Parti de la Construction Démocratique, Mouvement de la Gauche Démocratique, Assemblée Libre Démocratique, Institution de l’Irak Libre, Centre de Défense des droits de l’enfant au Kurdistan, Alan Center for Democratic Culture, Association de Défense des Familles Sans-abri de Bassora, Réseau des représentants à l’étranger de l’Union des Chômeurs d’Irak, Organisation pour la Liberté des Femmes en Irak, Association pour les Droits des Athlètes, Union des Chômeurs de Moqdayiah, Syndicat de la South Gas Company, Fédération des Syndicats Ouvriers de Moqdayiah, Union des Chômeurs de Bassora, Syndicat de l’Electricité et de la Distribution de Bassora, Syndicat des Comptables, Fédération des Conseils Ouvriers et Syndicats d’Irak, Dr. Ali Dawood Salom, spécialiste de droit international, Wsam Shakir Hamid, médecin praticien, Rashid Tawfiq Abdul Qadir, ingénieur, Shahab Ali Shahad


ANNEXE : Feuille de travail
(Bagdad, 25 Août 2004)

Cette feuille de travail est présentée par la conférence de défense des droits civils des masses d’Irak contre l’actuel conflit terroriste et la menace des conflits nationalistes et sectaires, première étape pour reconstruire la civilité de la société irakienne.

La crise politique et la difficile situation de la vie quotidienne des masses : En réalité, la société irakienne est aujourd’hui empêtrée dans un scénario noir. L’un des dangereux aspects de cette situation est l’insécurité, qui est présente dans la société entière. Le conflit terroriste avec l’Amérique d’une part et l’Islam politique, et les restes du régime Baas d’autre part, menace les droits des citoyens, et ôte quotidiennement la vie à un grand nombre de ces derniers. Le cauchemard des conflits nationalistes, sectaires et tribaux représentent un danger énorme et continuel, qui menace les vies et les droits des masses.

Les tâches des forces humanistes. Par conséquent, nous, les participants à cette conférence, croyons qu’il est de notre responsabilité, et de la responsabilité de tous les humanistes, amoureux de la liberté, de tous le peuple moderne, de prendre des mesures effectives et immédiates pour protéger les vies, la tranquilité et la surêté des citoyens et leurs droits civils, contre l’atmosphère de terrorisme et la menace des conflits réactionnaires. Nous annonçons les points suivants comme le cadre de base qui doit être consolidé comme une garantie à cet égard. Nous appelons de cette conférence tous les partis et groupes politiques à prendre leur responsabilité et à lutter avec nous pour consolider les points suivants.

Buts pratiques urgents. Poursuivant cette perspective et cherchant à prendre toutes les mesures nécessaires pour en finir avec la souffrance des masses, nous appelons tous les partis, organisations de masses et institutions civiles et progressistes à lutter et à participer activement pour réaliser les buts suivants :

- Interdiction de toutes les formes d’activité terroriste. Bombarder des quartiers civils, tuer et attaquer des civils, sous n’importe quel prétexte, et par n’importe quelle force en présence, est fermement condamné et dénoncé.
- Interdiction d’attaquer et de violer les droits civils des masses, d’arrêter et de torturer des civils. De telles actions, commises par n’importe quelle force en présence et sous n’importe quel prétexte, sont fermement condamnées et dénoncées. Les vies et les droits des citoyens doivent être protégés en toutes circonstances. Personne n’a le droit d’enfreindre ce principe dans aucune circonstance particulière. Interdiction des pratiques inhumaines contre les femmes, encouragement aux femmes pour rejoindre les institutions éducatives et pour assurer leurs droits au travail.
- Les villes doivent être débarrassées des armes et toutes les forces armées et quartiers généraux doivent être expulsés hors des villes et des lieux de vie et de travail des masses. Seuls les offices politiques et leurs gardes, avec des forces spéciales chargées de protéger les citoyens, doivent rester dans les villes.
- Interdiction de toutes les pratiques et mesures qui peuvent créer ou intensifier les haines nationalistes, sectaires et tribales ; qui peuvent être sources de conflits sectaires, nationalistes et tribaux. De telles pratiques et mesures sont condamnées ; elles intensifient le danger de conflits réactionnaires mortels.
- Toutes les forces politiques doivent observer les principes et standards politiques dans leur régime intérieur.
- Pleine et inconditionnelle liberté politique, liberté d’activité politique et partisane, liberté d’établir des partis et des organisations politiques et professionnelles, liberté d’expression, liberté de manifester et de protester. Ces libertés doivent être considérées comme les droits basiques des masses ; aucune force ne peut les violer, sous aucune excuse. Interdiction de forcer la population à rejoindre un groupe politique, en échange d’un emploi ou d’une promotion.
- Les médias de l’Etat et des partis politiques doivent être utilisés pour favoriser la conscience des masses et les encourager à participer à la vie politique, et à prendre elles-mêmes les décisions ; et aussi pour dévoiler toutes les formes de terrorisme : le terrorisme d’Etat ou le terrorisme pratiqué par des groupes politiques. Ils doivent être utilisés pour élever le statut et la valeur de l’être humain. Interdiction de toute violation contre les valeurs humaines en toute circonstance par tout média écrit ou audiovisuel.


Etablissement d’une liaison et d’un comité d’observation
 : pour assurer la communications de tous les parties participantes. Les tâches de ce comité peuvent être résumées ainsi :

1. Exposer toute infraction commise par un parti quelconque par rapport aux points mentionnés précedemment.

2. Mettre en place des plains et des campagnes avec les autres partis pour observer de telles violations.

3. Décider des réunions nécessaires pour établir des plans d’action.

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)