Accueil du site - Contact

« L’Irak risque de sombrer dans la guerre civile »

Instauration de la démocratie, plongée dans le chaos, occupation militaire, avant même que ne retentisse le fracas des armes, les spéculations vont bon train sur les conséquences politiques d’une intervention militaire contre le régime de Saddam Hussein. Paradoxalement, les Irakiens sont les grands absents du débat qui agite les grandes puissances et les pays arabes. Alaa Allami, écrivain irakien réfugié à Genève, et Aso Jabbar, représentant en Suisse du Parti communiste ouvrier d’Irak, participaient samedi à la marche pacifiste. Ils nous livrent ici leur analyse.

Le Courrier : Les Etats-Unis présentent leur opération militaire comme un moyen
de faire tomber la dictature de Saddam Hussein. Pourquoi les opposants que vous êtes manifestent-ils contre cette intervention ?

Aso Jabbar : Les Irakiens n’ont pas confiance dans les Etats-Unis. Ils savent que les Américains n’ont aucune intention d’instaurer la démocratie. Depuis douze ans, la politique belliciste des Etats-Unis est le meilleur allié de Saddam Hussein. Par leurs bombardements incessants, par l’embargo, qui n’a apporté que la faim et la pauvreté, les Américains ne sont parvenus qu’à écraser la volonté révolutionnaire du peuple irakien.

Alaa Allami : N’oublions pas que ce sont les Etats-Unis qui ont fourni des armes de haute technologie à Saddam Hussein. Et qu’ils ont déjà trahi les Irakiens, en laissant massacrer les Kurdes au nord et les rebelles arabes au sud du pays.

A.J. : L’unique objectif du Gouvernement des Etats-Unis est de tester ses armements sur le peuple irakien et de maintenir son hégémonie.
Que se passera-t-il, selon vous, en cas d’intervention armée et de chute de Saddam Hussein ?

A.J. : La guerre va entraîner des nouveaux drames humains, elle va détruire des usines, des écoles, des hôpitaux. Ce sera une tragédie, la ruine du pays, et elle fera reculer l’espoir d’instaurer une société humaine en Irak.

A.A. : Les Etats-Unis jouent un jeu très dangereux. Les risques de plonger l’Irak dans la guerre civile et ethnique sont réels. Mais n’est-ce pas aussi l’opportunité de voir s’ouvrir le système politique ?

A.A. : Les Etats-Unis ont corrompu l’opposition irakienne. Ils soutiennent et financent des groupes politiques qui n’ont aucune représentativité sur le terrain. Il faut savoir que le mouvement démocratique irakien est très ancien. Or, l’alliance autour du « Congrès national irakien »1 (CNI), que Washington veut porter au pouvoir, n’a aucune racine en Irak. De plus, en cherchant à exclure du pouvoir les Arabes du sud (chiites)2, qui sont la majorité du pays, les Etats-Unis prennent le risque d’une guerre civile. Les chiites n’accepteront pas d’être marginalisés et organiseront la résistance contre l’occupation. En fait, ce que préparent les Etats-Unis, c’est le retour de la domination hachémite [sunnite, ndlr], qui a déjà fait tant de mal en Irak. Alors que le pays aurait besoin d’un vrai programme laïque, capable d’intégrer tous les Irakiens.

A.J. : Le CNI est composé d’islamistes et des nationalistes kurdes au service des Etats-Unis. En acceptant l’intervention armée, puis le gouvernement militaire qui suivra, le CNI ne peut représenter un espoir pour les Irakiens. La seule façon de permettre au peuple irakien de choisir son avenir, c’est d’en finir avec l’embargo et l’agression militaire.

PROPOS RECUEILLIS PAR Bentiio Perez, Le Courrier, 7 octobre 2002

1) Créé en 1992 sous les auspices étasuniens et basé à Londres, le CNI est dirigé par Ahmad Chalabi. Il possède des liens avec le Mouvement d’entente politique, le Mouvement royaliste constitutionnel, le Front turkoman, le Mouvement assyrien, le Parti démocratique du Kurdistan irakien (de Massoud Barzani) et l’Union patriotique du Kurdistan (de Jalal Talabani), le Mouvement d’union islamiste au Kurdistan irakien et le Conseil suprême de la révolution islamique, ndlr.

2) Le Da’wa, parti de l’appel à l’islam (Hibz ad Da’wa al islamiyya), principale formation politique irakienne, n’entretient aucun contact avec le CNI, ndlr.

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)