Accueil du site - Contact

Irak : Deux voies dans la lutte anti-impérialiste

Face à l’occupation de l’Irak par les Américains et leurs alliés, une résistance armée s’est affirmée. Parler « d’une » résistance est impropre, car celle-ci est diverse et unifiée seulement dans son opposition à l’occupation. Elle est diverse dans ses modes d’actions (soulèvements militaires, actions de guérilla, prise d’otage, attentats, manifestations de masse) et dans ses orientations idéologiques et politiques (islamistes sunnites ou chiites, anciens baasistes, mouvements laïques et révolutionnaires). Nous ne prétendons pas faire ici une analyse de tous ces courants et de leur influence. Notre objectif est de rappeler notre conception de la lutte contre l’impérialiste à propos de la situation en Irak. Un participant à notre stage de cet été, nous avait posé directement le problème en ces termes « Quelle est votre position par rapport aux mouvements anti-impérialistes réactionnaires, par exemple la résistance islamique en Irak ? ».

La lutte anti-impérialiste présente deux aspects. Par rapport à la situation en Irak, nous développons, à la mesure de nos forces, une opposition à l’occupation. Nous affirmons le droit légitime du peuple à recourir à la lutte armée contre cette occupation. C’est même là notre tâche politique principale. Mais cela ne signifie pas que nous soutenons en bloc tout mouvement qui s’oppose par les armes à cette occupation. Nous sommes en désaccord avec les organisations révolutionnaires et communistes qui soutiennent, sans distinction, toutes les forces qui s’opposent à l’impérialisme américain. Ainsi, nous avons refusé de signer une déclaration présentée par des organisations qui participaient à la 8ème Conférence Internationale des partis marxistes léninistes. Cette déclaration saluait « l’unité atteinte par la résistance irakienne qui surmonte des différends ethniques et religieux, déjouant ainsi les manoeuvres divisionnistes de l’envahisseur ». Elle affirmait aussi que la « guerre de résistance triomphera certainement, et se répercutera considérablement » sur la lutte des peuples palestinien et afghan.

Quelles sont les raisons de notre refus ? Nous sommes anti-impérialistes parce que communistes. Nous savons que ce qui se joue dans la lutte anti-impérialiste n’est pas seulement la question du départ des américains, mais aussi la question du pouvoir futur en Irak. Aussi, il n’est pas indifférent pour nous de savoir qui l’emportera dans la lutte anti-impérialiste : les forces de la réaction ou des forces porteuses des intérêts des masses populaires et des exploités. En Iran en 1979, le fait que les Islamistes l’aient emporté dans la lutte contre le Shah, a signifié l’écrasement des forces populaires et progressistes et a été un encouragement à la réaction islamiste dans les pays musulmans.
Il y a donc deux voies dans la lutte anti-impérialiste et dans celle-ci nous ne soutenons effectivement que les forces progressistes et communistes. Ce n’est que si la lutte anti-impérialiste est dirigée par la classe ouvrière et par des communistes que cette lutte peut être un levier pour la libération sociale.

C’est la raison pour laquelle nous avons signé un « appel en défense de la gauche irakienne » et au développement d’ « une solidarité concrète avec le mouvement progressiste, laïque, social et féministe en Irak » (voir extraits en encart).

Cela est conforme aux orientations sanctionnées par notre dernier congrès dont la « résolution sur la lutte anti-impérialiste aujourd’hui et la question nationale » précise les conditions politiques qui fondent en positif notre soutien à des organisations en lutte contre l’impérialisme. Notre soutien va aux organisations qui :

- affirment que la libération des peuples et des exploités dépend principalement de leur lutte indépendante,
- sont laïques et font de la question religieuse une question personnelle,
- luttent pour l’égalité entre les hommes et les femmes,
- défendent les droits démocratiques des minorités nationales et refusent toute conception ethnique,
- recherchent et développent des liens d’entraide et de solidarité internationaliste,
- ne sont pas contre les communistes et acceptent ceux-ci dans leurs rangs.

GF

(Publié dans la revue Partisan n° 187, septembre 2004)

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)