Accueil du site - Contact

Quand GW Bush cherche des conseils électoraux...

Outre sa propre réélection comme président du monde, qu’il aimerait bien remporter, l’ineffable GW. Bush cherche des conseils pour organiser des élections... en Irak. C’est un objectif annoncé de longue date, qui doit donner une allure convenable de démocratie au nouvel état « souverain ». Mais ça ne va pas être facile, quand bien même Moqtada al-Sadr’ finirait, comme il le lui ait demandé, par transformer sa milice en parti politique. Après avoir armé et soutenu le système totalitaire de Saddam Hussein, bombardé durant des années et imposé un embargo qui a fait près de deux millions de victimes, ouvert le feu sur des manifestations et tenté d’instaurer la charia, il va falloir expliquer aux Irakiens qu’ils ont le droit de choisir.

Alors, GW. Bush, dont on connaît la légendaire ruse politique, a décidé de demander des conseils en matière d’élections. Il va réunir au Caire, à la fin du mois de novembre, une « conférence régionale élargie », pour discuter entre voisins de la situation irakienne. L’idée lui a été soufflée depuis quelques mois par deux spécialistes internationaux des élections réussies, Jacques Chirac et Vladimir Poutine, respectivement 82 et 71 % aux dernières présidentielles.

Cette « conférence régionale élargie » va être, soyons-en sûr, un sommet de la démocratie la plus authentique. Parmi les invités figurent la Chine, qui pratique obstinément le monopartisme d’état ; la république islamique d’Iran, où les religieux invalident en masse les candidatures réformatrices et où la majorité des partis d’opposition sont clandestins ou en exil ; la république arabe syrienne, qui a en commun avec l’ex-régime de Saddam Hussein d’être une dictature baasiste ; le Koweït, monarchie héréditaire, où les femmes n’ont pas le droit de vote - les partis politiques y sont tolérés, mais illégaux ; l’Egypte, qui vit depuis 1981 sous le régime de l’état d’urgence et où l’intimidation d’électeurs est une pratique banalisée ; la Jordanie, où il n’y a toujours pas de femmes à l’assemblée nationale, bien qu’il y ait eu au moins une candidate, islamiste ; la Turquie, qui a été invitée à accélérer sa démocratisation en vue d’une éventuelle intégration à l’Union européenne.

Avec de telles fées penchées sur son berceau, le nouvel état irakien est donc assuré de pouvoir offrir à sa population des élections justes et impartiales. Elles seront organisées, sous la férule du premier ministre, l’ex-baasiste Iyad Allawi, par le gouvernement actuel. Ce dernier a été, rappelons-le, mis en place par la coalition militaire qui a choisi, lors de la conférence de Londres en 2003, les partis « représentatifs » dignes d’y participer - dont plusieurs formations islamistes - juste avant de lâcher les bombes sur leurs futurs administrés. Pour éviter une possible fraude, elle se dérouleront sous les auspices de l’Organisation des nations unies, dirigées par un conseil de sécurité dont fait actuellement partie la dictature militaire pakistanaise.

Donald Rumsfeld, secrétaire d’état à la Défense des USA, a d’ailleurs suggéré que les élections ne soient tenues que dans une partie du pays, laissant de côté les zones de violences. Il a ajouté que « la perfection n’existe pas, mais avoir une élection qui ne soit pas tout à fait parfaite, est-ce mieux que de ne pas avoir d’élection du tout ? » (Reuters, 23/09/04). Le premier ministre Iyad Allawi, qui a dès son arrivée au pouvoir rétabli la peine de mort et décrété la loi martiale, a admis de son côté, que « ce ne seront peut-être pas les élections les plus réussies de l’histoire de l’Irak ». On ne saurait lui donner tort...

Nicolas DESSAUX

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- The Network of Anti-Trafficking in women had held the ninth conference in Dhi Qar in Commerce Hall in Nasria province.(OWFI - 9 août 2017)
- OWFI’s staff distributing the first deliveries from the food bags on women and children in the Eastern side of Mosul(OWFI - 9 août 2017)
- OWFI’s reception center in the front lines of Rubida village(OWFI - 9 août 2017)
- OWFI staff distribute flour bags(OWFI - 9 août 2017)
- OWFI refused the Women of Courage Award from the Department of Foreign Affairs of the US(OWFI - 9 août 2017)
- March 8th : A day in opposition against the genocide on the people of Mosul(OWFI - 9 août 2017)
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)