Accueil du site - Contact

Réunion pour une mobilisation contre le sommet international sur l’Irak

Nous organisons une réunion jeudi 21 octobre à 19h au 92, rue d’
Aubervilliers (Métro Stalingrad) dans les locaux d’Alternative Libertaire. C
’est pour nous l’occasion d’entamer une mobilisation contre le sommet du G8
sur la " pacification " de l’Irak qui aura lieu fin novembre au Caire. Nous
souhaitons qu’à cette occasion, une autre voie et d’autres voix puissent s’
exprimer que celles qui aujourd’hui prédominent dans le mouvement
anti-guerre. Il s’agit de réaffirmer notre volonté que soit mis un terme à
l’occupation des forces coalisées menée par les Etats-Unis, de mettre un
terme aux guérillas régionales qui sous couvert d’anti-impérialisme n’ont
comme objectif que de se partager une part du pouvoir en imposant leurs
idées patriarcales, réactionnaires et religieuses à l’ensemble de la
société. C’est pourquoi à travers, ce contre-sommet Il s’agit de mettre en
avant les forces progressistes, qui se battent pour leurs droits, leurs
libertés, pour l’égalité et contre le capital, dans une perspective qui n’
est ni nationaliste, ni religieuse, ni ethnique, ni tribale. Ces forces
(mouvements de chômeurs, nouveaux syndicats indépendants, mouvements de
défense des droits des femmes, mouvement de défense de la laïcité..)
existent et sont massives aujourd’hui en Irak. Elles mènent de nombreuses
luttes et s’apprêtent notamment à organiser une grande conférence syndicale
à Bassorah le 25 novembre 2004. Elles représentent l’alternative la plus
évidente aujourd’hui en Irak pour mettre fin au KO ambiant. L’association
Solidarité-Irak (www.solidariteirak.org) s’est formée pour ne pas maintenir
autour d’eux le silence, informer sur leur combat quotidien pour la vie et
leurs droits. Il s’agit également d’être ensemble, de les soutenir
réellement et concrétement.

Olivier THEO (06 82 18 08 5)

www.solidariteirak.org


Voici un premier texte d’appel, qui n’est pour l’instant qu’un brouillon.

Mobilisation contre le G8 sur la " pacification " de l’Irak

22-24 novembre 2004

A l’appel de Georges W. Bush, un sommet réunira au Caire, du 22 au 24
novembre 2004, les pays du G8, ainsi que l’Egypte, la Turquie, l’Iran, le
Koweït, la Syrie, la Jordanie, la Chine, la Ligue arabe, l’Organisation de
la Conférence islamique et l’Union européenne. Cette "conférence régionale
élargie " - aux allures de sommet du G8 - se donne pour objectif officiel de
discuter de la pacification et de la reconstruction de l’Irak avant les
élections prévues en janvier 2005.

Après avoir armé l’Irak et l’Iran l’un contre l’autre, de 1980 à 1988, dans
une guerre qui a causé 1,2 millions morts ; après avoir bombardé l’Irak en
1991, causant au moins 200 000 victimes ; après avoir laissé, la même année,
le régime baasiste réprimer tranquillement l’insurrection populaire, causant
60 000 morts ; après avoir imposé douze années d’embargo, créant une
situation sanitaire désastreuse et 2 millions de nouvelles victimes ; après
avoir de nouveau bombardé en 2003, causant 15 000 victimes supplémentaires ;
après avoir livré la population aux exactions conjointes des troupes
d’occupation, des adeptes du terrorisme aveugle et des milices les plus
réactionnaires. voici que les pays de la Coalition menés par les USA
voudraient " pacifier " et " démocratiser " le pays, avec l’aide d’états
qui, comme la liste déjà citée l’atteste, sont tous de grandes démocraties
pacifiques.

L’état français, marchand d’armes et belligérant de la première guerre du
Golfe, gouverné par un président lié aux pires dictateurs africains et aux
lobbies militaro-industriels, ne peut oublier ses responsabilités dans la
situation actuelle en Irak. Son " pacifisme " de façade masque mal les liens
qu’une partie de sa classe politique entretenait avec la sanglante dictature
de Saddam Hussein.

L’armée d’occupation coalisée menée par les USA a imposé son gouvernement à
la population irakienne, en choisissant les représentants des partis
nationalistes, ethniques et religieux. Elle a réintégré rapidement de
nombreux cadres civils et militaires du régime baasiste. Elle a laissé
mettre en place un climat de terreur pour les femmes, pour les
syndicalistes, les réfugiés. Jamais elle ne s’est souciée de la volonté de
la population, de ses besoins, des droits des femmes, de chômeurs (71 % de
la population), des travailleurs. Au contraire, elle a réprimé violemment
les manifestations et les mouvements sociaux, ouvrant plusieurs fois le feu
sur des chômeurs et chômeuses en lutte. Après cela, a-t-on la moindre
raison> de penser que les forces d’occupation, sous leadership US, vont "
démocratiser " et " pacifier " l’Irak ? Les conseils de dictatures du proche
et du moyen Orient leurs seront sans doute précieux dans cette tâche !

Le mouvement contre la guerre en Irak a été, en mars 2003, la plus grande
mobilisation mondiale jamais connue. Il se poursuit, sous des formes
variées, dans le mouvement contre l’occupation, pour le retrait des troupes.
Celui-ci ne doit, ni se laisser gagner par le pessimisme sur l’évolution de
la situation en Irak, ni par les méthodes inacceptables des milices
réactionnaires et religieuses en Irak, qui sont au fond les principales
bénéficiaires de la situation. La chute du régime de Saddam Hussein n’a pas
laissé la place à un nouvel espace de liberté, mais a plongé l’Irak dans la
violence, faisant chaque jour des dizaines de victimes supplémentaires. Le
mouvement contre l’occupation doit s’étendre, contraindre les forces
d’occupation au retrait et soutenir les luttes progressistes en Irak..

Le G8 représente le laboratoire des politiques les plus réactionnaires
contre les droits sociaux partout dans le monde. Doit-on le laisser décider
du sort de l’Irak, dans une conférence tenue, une fois de plus, dans un pays
où les manifestations sont couramment réprimées de manières violente ?

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)