Accueil du site - Contact

Irak Amel doit vivre avec la menace d’être tuée pour " l’honneur "

C’est une jeune femme, légèrement maquillée qui ne porte pas le voile. Elle préfère se faire appeler Amel, pour préserver son anonymat. À trente-trois ans, elle est toujours menacée par sa famille qui a promis de lui infliger ce que le code d’honneur tribal et religieux prévoit pour son forfait : la mort. Son crime ? S’être éprise d’un homme hors la tribu. Histoire édifiante et malheureusement pas unique.

" Ma famille est très stricte, très attachée aux valeurs de la tribu et de la religion, raconte-t-elle posément. Un jour, je suis tombée amoureuse de Ali, mon voisin. Nous étions vraiment jeunes à cette époque. C’était une très belle histoire. " Mais voilà, Ali ne présente pas le profil idéal : il est chiite (alors que la famille de Amel est sunnite) et de plus, il n’appartient pas à la tribu. S’armant de courage, le jeune homme est pourtant venu demander la main de sa bien aimée à plusieurs reprises. Rien n’y a fait. La famille avait choisi pour leur fille d’une quinzaine d’années, un homme de cinquante ans. " Lorsque j’ai vu que mes parents aller me donner à lui, j’ai laissé éclater mon refus en avouant que j’étais amoureuse de quelqu’un. Ils m’ont alors enfermée, insultée et battue. "

Amel qui s’était " mariée " secrètement avec Ali (c’est-à-dire qu’ils avaient eu des rapports), a compris qu’ils devaient s’enfuir. Direction Kirkuk pour échapper au châtiment. Par des amis, elle avait appris que son père voulait la tuer et qu’il était allé voir la famille de Ali pour obtenir d’elle un droit de vengeance sur le garçon.

Les sours d’Amel ont déjà fait les frais du code de l’honneur. L’aînée, déjà mariée, a été répudiée par son mari qui estime que cette histoire porte atteinte à son nom ! Une autre a été mariée de force à un presque vieillard. Les deux jeunes sours n’ont plus le droit d’aller à l’école.

De retour à Bagdad après la chute du régime de Saddam Hussein parce que le Kurdistan n’était plus sûr aux yeux d’Amel puisque, dit-elle, " mes parents pouvaient s’y rendre ". Mère d’une petite fille, la jeune femme est prise en charge par l’association de défense des femmes en Irak qui l’héberge avec Ali dans un centre dont le lieu est tenu secret. Militante politique, adhérente du Parti communiste ouvrier d’Irak (PCOI), Amel est constamment accompagnée lorsqu’elle sort. Malgré l’adversité, les difficultés et la peur d’être tuée, elle garde l’espoir. L’espoir de revoir un jour sa famille, sans risque, espoir que sa fille ne passera jamais par les mêmes épreuves qu’elle.

P. B.

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)