Accueil du site - Contact

Soutenez le Syndicat des chômeurs et chômeuses en Irak

Face à l’extension massive du chômage, aux privations, à la faim et à l’indifférence de l’administration
civile des Etats-Unis [placée sous la direction de Paul Bremer] envers les difficultés rencontrées par la
population en Irak, le 1er mai 2003, un groupe de syndicalistes ont fondé le Syndicat des chômeurs et
chômeuses en Irak (UUI). Plus de 130 000 personnes au chômage ont rejoint les rangs de l’UUI et
ceux-ci augmentent très rapidement. L’UUI a ouvert des bureaux dans plusieurs villes importantes
d’Irak, parmi lesquelles Bagdad, Nassiriya et Kirkuk. Le Syndicat des chômeurs et chômeuses en Irak
revendique :

• Des emplois ou le versement de 100 dollars par mois en tant qu’allocations pour toutes les
personnes au chômage ;

• Le droit de l’UUI à participer à la distribution de l’aide humanitaire qui arrive en Irak ;

• Le droit de l’UUI à participer à l’allocation des emplois qui sont créés en Irak ;

• La reconnaissance officielle de l’UUI par l’administration civile américaine en tant qu’organe
représentatif des personnes au chômage en Irak.

L’UUI a organisé de nombreuses démonstrations pour faire avancer ses revendications et pour attirer
l’attention sur la situation critique de millions de travailleurs et travailleurs qui ont perdu leur emploi
suite à la guerre des Etats-Unis contre l’Irak. Parmi ces manifestations, on peut relever : un
rassemblement de plusieurs milliers de personnes à Kirkuk le 12 juin ; un autre de 7000 à Nassiriya le
3 juillet (cette manifestation a été attaquée par des groupes islamistes) ; des milliers à Bagdad le
même 3 juillet.

Après trois mois de mobilisation régulière de protestation et d’une série de négociations avec
l’administration civile des Etats-Unis, l’UUI décide d’organiser un sit-in permanent, dans la mesure où
les autorités américaines traînaient les pieds.

29 juillet 2003, Bagdad. L’UUI organise une manifestation de quelque 1000 personnes qui se dirigent
vers l’ancien palais présidentiel de Saddam Hussein où siège, aujourd’hui, l’administration civile
américaine. Les manifestants réclament une allocation de 100 dollars pour chaque personne au
chômage. Puis s’organise un sit-in en face du palais.

30 juillet 2003, Bagdad. Les forces militaires américaines attaquent les manifestants qui sont assis
pacifiquement devant le palais et arrêtent Quasim Haadi, le président de l’UUI, et 18 autres membres
du syndicat. Les forces américaines molestent et battent les personnes arrêtées. Commence alors
une nouvelle négociation avec l’administration civile. Lors de la première réunion, les représentants du
Syndicat des chômeurs mettent l’accent sur la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées,
sur le droit de pouvoir manifester sans entraves et sans subir de coercition de la part des forces
américaines. De plus, ils demandent des assurances que leurs revendications soient satisfaites. Le
même jour, les Américains relâchent toutes les personnes détenues.

2 août 2003. Les forces américaines arrêtent à nouveau Quasim Haadi et 50 autres membres de
l’UUI, dans une tentative de mettre fin au sit-in. Sous la pression des protestations locales et
internationales, les forces américaines relâchent les détenus.

7 août 2003. Le dixième jour du sit-in devant les bureaux de l’administration civile américaine à
Bagdad, l’UUI organise une autre manifestation, à laquelle participent des centaines de personnes. La
délégation de l’UUI, lors d’une nouvelle rencontre avec l’administration, demande que l’organisation
des chômeurs et chômeuses puisse jouer un rôle significatif dans la répartition des 300 000 emplois
que les Etats-Unis ont promis de créer dans l’ensemble du pays jusqu’à la fin du mois d’août. La
délégation de l’UUI a aussi demandé que lui soit attribuée une fonction dans la distribution de l’aide
humanitaire [les chômeurs et chômeuses étant particulièrement affectés par la perte de tout revenu et
allocation de nourriture]. Les autorités américaines ont promis d’étudier les revendications et de
répondre à la direction de l’UUI le 13 août.

Le 12 août 2003, afin d’augmenter la pression sur l’administration américaine, l’UUI organise un
rassemblement devant les bureaux de l’administration américaine. La réponse de cette dernière
restant absolument vague - et aucune échéance n’étant fixée -, la direction de l’UUI a décidé d’arrêter
toute négociation avec l’autorité américaine et d’accroître la mobilisation.

23 août 2003. L’UUI organise une autre manifestation à laquelle participent des centaines d’hommes
et de femmes. Pendant ce temps, le sit-in, commencé le 29 juillet, continue.

Le 13 septembre 2003, l’UUI met fin à la grève sit-in qui a duré 45 jours à Bagdad. À cette occasion a
été organisée une action à laquelle participèrent des centaines de membres du syndicat, des
représentants d’organisations humanitaires et de forces politiques. Concerts de musique irakienne et
pièces de théâtre accompagnèrent cette manifestation.

Le combat de l’UUI en Irak a besoin du soutien et de la solidarité de toute personne, à l’échelle
internationale, prête à défendre les droits individuels et sociaux des femmes et des hommes d’Irak.
L’UUI appelle toutes les organisations de défense des droits de la personne humaine, les
organisations syndicales et chacun et chacune d’engager une campagne de pression sur les autorités
américaines afin qu’elles donnent une réponse positive aux revendications de l’UUI, afin qu’elles ne
répriment plus le combat de ce syndicat et qu’elles respectent le droit du peuple d’Irak d’établir son
propre régime politique. Pour cela, des lettres de protestation peuvent être envoyées à l’administration
civile américaine en Irak. L’UUI demande aussi que des messages de soutien lui soient envoyés et
qu’une aide matérielle soit faite au mouvement des chômeurs et chômeuses en Irak.

Site Internet de l’UUI

(article publié dans Arguments pour le socialisme n° 1)

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)