Accueil du site - Contact

Giuliana Sgrena : Quand la guerre devient sainte...

Un article de Giuliana Sgrena dans Il manifesto du 31 décembre 2003...

" Nous sommes des disciples d’Oussama pas de Saddam, la résistance est islamique, nous sommes envoyés par Dieu ". Cette affirmation de l’un des combattants irakiens à un journal britannique, même si elle n’est pas représentative de la réalité complexe de la résistance, l’est par contre en regard de la tendance à l’œuvre en occident et en orient à réduire tous les conflits en affrontements ethniques et/ou religieux. Effet de la fin des idéologies et, pour ce qui concerne le Moyen-Orient, de la faillite du nationalisme arabe. De cette façon, même la lutte contre l’occupation devient une guerre sainte : on répond à la croisade de Bush avec la jihad. Une guerre sainte contre le mécréant, occidental mais aussi musulman. C’est le cas surtout de l’Algérie, où l’affrontement pour la laïcisation de l’état, problème qui reste ouvert dans tout le monde islamique, est plus aigu. Avec la jihad, même les formes de lutte changent : " nous sommes plus forts que les occidentaux parce que nous n’avons pas peur de mourir ; pour nous la vie commence avec la mort, pour les occidentaux elle finit là ", répètent les adeptes de la jihad. Cette vision transcendantale de la lutte terrestre conduit au choix du martyre, où la lutte contre l’ennemi ou pour le pouvoir est sublimée par la conquête du paradis. Les conflits en cours dans les pays musulmans (nous l’avons vu récemment en Irak, dans le passé en Algérie) sont encore plus aigus pendant le Ramadan, parce que le " sacrifice " pendant le mois sacré majore les mérites dans l’au-delà.

L’islamisme (islam politique) radical sait toutes fois bien conjuguer transcendance et pragmatisme terrestre, essentiel pour conquérir le pouvoir et imposer ce système théocratique qui tire sa légitimité seulement de dieu. Et qui rend velléitaire toute tentative d’évolution démocratique, dans le sens, même limité, de respect de la volonté de la majorité. Le cas iranien est exemplaire : Khatami qui avait obtenu un large consensus électoral n’est pas arrivé à honorer ses promesses, entravé par le guide suprême Khamenei, décevant ainsi de nombreux partisans du changement qui probablement s’abstiendront aux prochaines élections (en février). Le pragmatisme des islamistes, cependant, vise la conquête d’un pouvoir terrestre en partant de la satisfaction des besoins essentiels de la population, qui ne sont pas garantis par des Etats en crises du welfare à cause du manque de moyens, de la corruption ou des mesures étouffantes imposées par le FMI. Ce n’est pas le libéralisme économique qui fait peur aux islamistes, au contraire. Puisque les biens sont distribués par Dieu, l’état ne peut pas les mettre en discussion (opposition à la réforme agraire en Algérie) et les taxes doivent être des donations volontaires -la zagat-, à redistribuer à travers les œuvres des mosquées. Autour des mosquées se créent des réseaux de solidarité qui aident les plus pauvres et assistent les jeunes sans perspectives, en leur enseignant que l’unique solution est l’Islam (même dans les urnes). Les madrasas (écoles coraniques) se multiplient en même temps que les mosquées, non seulement comme lieu de religion ou d’assistance, mais aussi de politique. Dans des états en déréliction, comme la Somalie qui n’a pas de gouvernement depuis douze ans, l’unique pouvoir reste le religieux. Le pays a été " colonisé " par les organisations humanitaires saoudiennes qui ont construit des hôpitaux, des orphelinats et des écoles où on étudie en arabe et à partir de l’histoire de la péninsule arabique.

Même le vide laissé par la chute du régime de Saddam Hussein a été occupé par une sorte de contre-pouvoir religieux : police religieuse, hôpitaux et écoles contrôlés par les mollah. Ce sont aussi les religieux qui gèrent la justice et vont jusqu’à organiser la collecte des ordures. Sans entrer en conflit avec les forces d’occupation ; les américains ont laissé faire, mais le nouveau gouvernement irakien, le jour où il sera formé, se trouvera en face d’un pouvoir déjà constitué. Une hypothèque sur le futur institutionnel du pays, alors que l’Afghanistan se confirme dans une voie de la théocratie, avec ou sans talibans.

Traduit par M-A Patrizio

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)