Accueil du site - Contact

Le hijab en France, une bataille pour l’uniforme politique islamique

Coordinateur du Centre pour la laïcité et les droits de l’homme, Saeed Keramat a fuit le régime islamique iranien. Il vit aujourd’hui à Toronto, Canada.

Le débat brûlant au sujet du hijab et des signes religieux en France en France touche également le Canada. En réponse à la décision du gouvernement français d’introduire une loi bannissant les signes religieux ostentatoires dans les écoles publiques et les institutions d’Etat, les groupes islamiques comme le Congrès islamique canadien (CIC) recherchent le soutien de militants du mouvement social pour lancer une manifestation contre le gouvernement français. En réponse à cette tentative, Judy Rebick, l’une des militantes féministes et des commentatrices les plus respectées semble posée entre deux chaises. Exprimant sa sympathie envers l’anxiété du CIC, elle soulève en même temps le problème des lois qui imposent le hijab aux femmes en Arabie saoudite et en Iran. Judy va jusqu’à dire : « Je pense que si nous allons protester contre un état qui force les femmes à ne pas porter le Hijab, nous devons également protester contre ceux qui les forcent à le mettre ». Malheureusement, selon moi, l’opinion de Judy est confuse. C’est comme si on voulait célébrer des funérailles et faire a noce dans la même maison au même moment. La racine de cette confusion est une interprétation erronée de la philosophie qui est derrière le hijab.

Deux incompréhensions critiques ont forcé Judy a quitter la bonne chaise. Premièrement, elle pense que le hijab fait partie des valeurs culturelles islamiques qui doivent être respectées. Deuxièmement, elle distingue l’islam politique au pouvoir et celui qui n’y est pas.

Le voile islamique n’est pas une culture. C’est une construction politique. Tous les membres d’une communauté particulière ne veulent pas porter le hijab. Dans de nombreux cas, tous les membres d’une même famille ne portent pas tous le hijab, et cela parce que le hijab représente un choix politique, et tous les membres de la famille ne partagent pas la même opinion politique.

Ces derniers temps, le hijab est employé comme un uniforme politique. C’est le symbole d’une philosophie politique. Parmi les membres adultes de communautés et d’une famille, ceux qui ne se sentent pas concernés par la politique ne devraient pas se sentir concernés par le hijab, à moins qu’ils aient des fondamentalistes religieux parmi leurs proches. Mais ceux qui se sentent concernés par la politique et le développement social et qui poursuivent leurs buts par une allure extérieure islamique, portent le hijab. Les symboles culturels sont généralement portés par les gens ordinaires. Cependant, dans le cas du hijab, les gens ordinaires ne s’en soucient pas. Au contraire, si on questionne n’importe qu’elle femme voilée, on trouvera qu’elle à un point de vue politique fort affirmé.

Le costume prévu par le code islamique pour la « femme politique musulmane » est un moyen pour faire passer un message. En le faisant, elles disent : « Je rejette les valeurs des sociétés occidentales : les droits civils dont bénéficient les occidentaux n’ont pas été acquis par les mouvement sociaux progressistes, mais il sont été donnés par les états pour corrompre leurs citoyens. Ce que John Stuart Mill, Jean-Jacques Rousseau et d’autres penseurs politiques occidentaux ont dit a corrompu la société humaine ». Les femmes voilées renforcent la conception patriarcale de l’islam et disent : « Je crois que la femme est la source de la corruption. Pour résoudre le degré de corruption de la société, j’ai choisi une position responsable et j’ai couvert les traits féminins de mon corps ». L voile a été choisi par de nombreuses femmes adultes pour exprimer leurs différences pour exprimer ces différences avec les femmes laïques.

Bien des gens ne voient pourtant pas cette mission du hijab, ils ne sont pas en mesure de voir les valeurs et les objectifs des états et des groupes islamiques. Tous ces groupes, qu’ils soient au pouvoir ou non, doivent être examinés sur la base de leur philosophe fondamentale. Par exemple, ils prêchent les valeurs islamiques et la loi coranique. Selon ces valeurs et ces lois, les musulmans sont supérieurs aux non-musulmans. Les hommes sont supérieurs aux femmes. Punir ceux qui désobéissent aux lois du Coran, y compris par le meurtre comme l’admettent certains, est un devoir fondamental pour les « vrais » musulmans.

En pratique, toutes les tendances islamiques mettent en place ces lois et ces valeurs, à un degré variable selon leur accès au pouvoir politique et social. Par exemple, dans des pays comme l’Arabie saoudite, l’Iran, l’Afghanistan, le nord du Nigeria, le Soudan, etc. où les islamistes ont la totalité du pouvoir politique, la discrimination et la violence contre les non-musulmans, les femmes, les enfants, la flagellation, la torture, l’exécution, la lapidation, etc. des citoyens sont loués comme des services rendus à Dieu.

Dans les pays occidentaux et en Amérique du Nord, le pouvoir des islamistes est essentiellement limité à la vie privée de leurs familles et aux institutions privées. Il en résulte qu’ils ne sont pas en mesure de jouer un rôle déterminant dans nos vies. Dans ces cas-là ce sont les membres de leurs familles et leurs coreligionnaires musulmans qui sont la cible de leurs valeurs. Par exemple, infliger de mauvais traitements aux femmes, forcer leurs femmes et leurs filles à se couvrir du voile islamique, les priver d’activités de base comme le sport, imposer des mariages forcés aux jeunes filles, et ainsi de suite, sont des valeurs qu’ils sont fiers de mettre en pratique dans les sociétés occidentales. Dans les écoles islamiques de Toronto, l’apartheid sexuel est systématiquement pratiqué, comme en Arabie Saoudite et en Iran. Vous avez des doutes ? Demandez à n’importe quel Imam ou Mulah, par exemple, comment il réagirait s’il apprenait que sa fille aimait un juif, un chrétien ou un athée. Ou simplement, visitez une école islamique de votre voisinage. Je crois que Judy n’a pas ce point commun entre les états islamiques et leurs organisations à l’étranger, et c’est pourquoi elle a été incapable de prendre une position claire.

Sur le sujet du voile, les laïques doivent avoir une position claire. On en peut pas, comme je l’ai déjà dit, organiser des funérailles et une noce au même endroit et au même moment. Soit nous soutenons l’Islamisme, soit nous sommes pour la laïcité. Ceux qui soutiennent le hijab pour les femmes dans les pays occidentaux vont accroître l’oppression contre les femmes de deux manières. Premièrement, la plupart des jeunes femmes vivant au Canada ne veulent pas suivre les jeunes femmes les traditions Islamiques ; elles rejettent les mariages forcés, elles veulent profiter de la liberté de s’habiller, de socialiser librement avec les autres et explorer leurs désirs sexuels. Ce sont des grands péchés, selon la philosophie islamique. En fait, de nombreuses femmes dans les pays occidentaux ont été victimes du meurtre pour l’honneur [droit de tuer une femme adultère, ndt] par leurs proches masculins. Apporter le moindre soutien aux groupes islamiques ou aux valeurs islamiques donnerait plus de pouvoir aux forces anti-femmes et patriarcales dans notre société.

Deuxièmement, soutenir les islamistes va ralentir les efforts de ces femmes qui luttent contre la lapidation, le meurtre pour l’honneur et le costume forcé du code islamique. Quand les médias montrent une féministe aussi importante que Judy Rebick soutenant ce costume dans les pays occidentaux, cela profite et renforce la confiance des Ayatollahs pour lancer leur forces de police virtuelle sur les femmes.

Le problème du hijab aujourd’hui est un problème politique. Il a divisé la société en deux camps opposés : laïques et islamistes. Malheureusement, nos forces laïques dans les pays occidentaux sont si confuses qu’elles ne peuvent se faire une idée claire. Au lieu de ça, le gouvernement français de droite a pris la direction de ce problème. Malgré le leadership d’un gouvernement de droite, n’importe quel point marqué contre l’Islam politique facilitera la lutte des femmes sous la coupe des états ou des groupes islamiques tout autour du monde. Au delà, d’un point de vue laïque, bannir le hijab dans les écoles publiques et les institutions d’état n’est pas assez. Le hijab et les écoles islamiques pour les enfants de moins de 16 ans, même dans les institutions privées, doit être banni.

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)