Accueil du site - Contact

Citoyennes de seconde zone : une interview de Yanar Mohammed

Une interview de Yanar Mohammed par Amy Goodman, journaliste à Democracy now !, radio américaine de gauche.

Amy Goodman : le vote de samedi s’est en grande partie déroulé tranquillement, même si l’impressionnant dispositif de sécurité n’avait pas prévu une poignée de grève et bien que cinq soldats et marines américains aient été tués dans l’ouest de l’Irak. Dimanche, des hélicoptères et des avions de guerre américains ont bombardé deux villages près de Ramadi, dans l’ouest de l’Irak. Les militaires américains affirment que soixante-dix personnes sont mortes et que toutes étaient des résistants, tandis que les témoins eux affirment que beaucoup d’entre eux étaient des civils.

Nous sommes maintenant rejoints par la féministe irakienne, Yanar Mohammed, directrice de l’Organisation pour la liberté des femmes irakiennes, un groupe qui travaille afin d’arrêter les atrocités faites aux femmes irakiennes et afin de défendre leurs droits. Elle est aussi la rédactrice en chef du journal Al-Mousawat , ce qui signifie égalité. Elle nous rejoint de Toronto.

Bienvenue à Democracy now !, Yanar.

-Yanar Mohammed : salut Amy, comment vas-tu ?

- Amy Goodman : c’est bon de t’avoir avec nous. Peux tu nous parler du vote, de la constitution et ta réponse à ce qui ressemble à un « oui »à la constitution ?

-Yanar Mohammed : tu sais Amy, à propos du vote, il y’a très peu de gens qui ont voté « oui », contrairement à tes affirmations, quand tu as dit que les Shiites et les Kurdes étaient plus pour un vote favorable, parce que dans ce qu’ils appellent les villes Shiites, la moitié des électeurs des dernières élections n’ont pas participé à ce référendum. Et aussi, dans le nord, parmi les amis Kurdes que j’ai, j’ai entendu dire que tout le monde n’est pas satisfait par cette constitution qui leur imposera la Sharia islamique. Donc beaucoup de gens sont contre cette constitution, mais ceux qui l’ont boycottée, ces voix là ne compteront pas. On n’en saura rien. Personne n’est satisfait par un référendum qui met en place une constitution qui sépare et oppresse les femmes. Tous les groupes féministes sont contre cette constitution, mais malheureusement une grande majorité a voté « oui » parce qu’elle a l’impression que ce vote amènera des temps plus calmes en Irak et ce n’est pas juste ce qu’elle pense mais aussi ce que le gouvernement fantoche, mis en place par les américains et les troupes de l’occupation, leur a répété encore et encore, que voter « oui », c’est dire « oui » à la démocratie. Que c’est un « oui » pour la sécurité, et que c’est un « oui » pour de meilleurs temps à venir.

Donc la plupart de ceux qui ont voté « oui » sont aveuglés par un vote qui, pensent-ils, amènera un minimum de sécurité dans le pays, mais personne, absolument personne n’est satisfait par une constitution qui divise les irakiens selon leurs ethnies, leurs religions et aussi qui relègue les femmes au rang de citoyens de seconde zone. Et tu sais quoi ? Tous le monde est terrorisé parce que la guerre civile a déjà commencé, et ce n’est mentionné nulle part dans le très optimiste discours de Condoleezza Rice. Elle dit que la démocratie est mise en place, pendant qu’en Irak, tout ce que nous constatons c’est que nous n’avons pas d’électricité, qu’il n’y a aucune sécurité, que la guerre civile a commencé et qu’une démocratie abominable nous a été imposée, une démocratie qui a mis des Mollahs, chefs ethniques fanatiques, je voulais dire des dirigeants ethniques et tribaux comme représentants du peuple irakien. Nous sommes outragés par une constitution qui légalise ces chefs tribaux, ethniques et religieux et qui fait de l’Irak un Etat islamique. Tout le monde est outragé mais si le « oui » a été massif, c’est uniquement parce que les gens ont l’impression que ce vote amènera une ère de sécurité. C’est une publicité qu’ils ont diffusée à travers les medias, et les femmes ont déjà été reléguées au rang de citoyens de seconde zone. Je pense que la prochaine fois que j’irai en Irak, je devrais me couvrir. Je serai forcée de m’habiller en noir, et il n’y a pas d’autres façons de l’envisager.

Amy Goodman : Yanar Mohammed

Yanar Mohammed : Les américains imposent la démocratie

Amy Goodman : spécifiquement, de quelle façon la constitution s’adresse-t-elle aux femmes ?

Yanar Mohammed : c’est très clair dès le premier chapitre des principaux principes, que la Sharia serait la source principale, en fait, le terme exact est la source de base de la législation, et le moindre article qui contredirait la Sharia ne sera pas dans la constitution . Donc nous parlons de tout un ensemble de lois basé sur la Sharia en sachant que l’ancien groupe de lois était plus progressiste, il y avait un sacré nombre d’amendements dans ce sens. C’était l’un des meilleurs du Moyen-Orient et il donnait aux femmes un semblant d’indépendance, alors que dans ce nouvel ensemble de lois, totalement basé sur la Sharia islamiste, les droits des femmes dans le mariage, dans le divorce, dans la détention et même l’accès au travail et à l’éducation seront entre les mains des hommes.

En d’autres termes, nous n’avons pas le droit à l’indépendance. Nous n’avons pas le droit de décider de nos propres vies, et ici nous ne parlons pas uniquement du fait de porter ou non le voile, mais de femmes qui doivent pouvoir faire des choix dans leurs vies. On a perdu ces droits, et constitutionnellement encore. Il n’y a pas d’alternative parce qu’aucun article qui contredit la Sharia ne sera intégré au nouveau groupe de lois et il n’y a pas beaucoup d’élaborations pour aller dans le sens des conventions internationales qui veulent mettre fin aux discriminations faites aux femmes en les favorisant à la religion par exemple. C’est dit très clairement, la priorité est que les lois ne soient pas en contradiction avec la Sharia islamique. Voila où nous en sommes, toutes les femmes sont des citoyennes de seconde zone en Irak. Rien d’autre, Amy.

Amy Goodman : Yanar...

Yanar Mohammed : j’aimerai préciser

Amy Goodman : je t’en prie

Yanar Mohammed : autre chose sur le fait de diviser les irakiens selon leur ethnie et leur appartenance religieuse, plus votre minorité est importante, plus vous avez de droits. Plus votre minorité religieuse est importante, plus vous avez de droits. Donc nous parlons d’un Irak déchiré en morceaux, ou dans le sud les Shiites sont prioritaires aux autres religions, et ou dans le nord les Kurdes auront la priorité sur les arabes et les turcomans. On parle là d’une sérieuse déclaration de guerre civile. Voila la constitution pour laquelle ils forcent les irakiens à voter « oui ». Et comment l’ont-ils fait ? En nous disant que c’est le seul moyen d’avoir enfin la sécurité en Irak. C’est là l’abominable démocratie de George Bush en Irak aujourd’hui, et ils nous y ont précipité.

Amy Goodman : Yanar Mohammed je voudrais te remercier d’avoir été parmi nous. C’était Yanar Mohammed, la présidente de l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak qui travaille à défendre les femmes là-bas, à défendre leurs droits. Elle nous parlait de Toronto, mais elle vit la plupart du temps à Bagdad, en Irak.

Traduction : Lucy Louzet

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)