Accueil du site - Contact

Les Irakiennes craignent un retour au Moyen Age

Pour les femmes, l’introduction de la charia dans la Constitution serait une catastrophe.

Il ne fait pas bon être une femme aujourd’hui en Irak, et la nouvelle Constitution, toujours en chantier, devrait consacrer un recul de ses droits. Une représentante d’une ONG, l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak, a accusé hier les législateurs de vouloir revenir « au Moyen Age » et transformer ses consoeurs en « citoyennes de seconde zone ». « S’ils introduisent la charia ou font de l’islam la base de la loi, ce sera une catastrophe », s’est écriée Houzan Mahmoud sur les ondes de la BBC.

Divergences. Lundi soir, les dirigeants irakiens, qui devaient présenter leur copie au Parlement, se sont accordé une semaine supplémentaire pour surmonter leurs divergences. La place de l’islam, le fédéralisme et le partage des richesses pétrolières continuent de déchirer chiites, Kurdes et sunnites. Neuf femmes font partie actuellement du comité de rédaction de la Constitution, qui compte 71 membres. Selon le quotidien gouvernemental Sabah, le projet de Constitution, dans une première mouture, interdit toute loi « contraire à la charia ». Le droit religieux respectif à chaque communauté s’appliquerait également dans les affaires de mariage, de divorce et d’héritage.

Dans leur quotidien, les Irakiennes rencontrent des difficultés croissantes. La multiplication des assassinats, des viols et des rapts depuis la chute du régime de Saddam Hussein, en avril 2003, « a limité (leur) liberté de mouvement, notamment pour aller à l’école ou au travail », constatait Amnesty International, dans un rapport publié en février. « Depuis le début de l’occupation, l’ensemble de la société est revenu en arrière. Les crimes d’honneur sont en hausse », a affirmé Houzan Mahmoud. La « soi-disant résistance utilise, selon elle, le prétexte de l’occupation pour terroriser les femmes, les décapiter, les voiler de force » et ni la police, ni l’armée « n’agissent. Ce n’est pas leur problème ».

Quota. La semaine dernière, des dizaines d’Irakiennes laïques avaient manifesté dans le centre de Bagdad pour demander l’inclusion de leurs droits dans la charte, et notamment le maintien d’une représentation féminine de 25 % minimum au Parlement, un quota prévu par la loi fondamentale transitoire. « Nous rejetons le caractère confessionnel et tribal que certains veulent donner à la Constitution », avait déclaré à l’AFP la porte-parole du Réseau des femmes irakiennes.

Par Christophe BOLTANSKI,
paru dans Libération du 17/08/2005

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)