Accueil du site - Contact

L’extrême gauche irakienne conteste la coalition sur le terrain social

BAGDAD, 4 août (AFP) - L’extrême gauche irakienne, par le biais du syndicat des chômeurs qu’elle dirige, conteste la coalition sur le terrain social en organisant depuis une semaine des manifestations quotidiennes à Bagdad pour réclamer des emplois ou une "allocation de chômage mensuelle de 100 dollars".

"Le syndicat des sans-emploi va faire de plus en plus pression sur les Américains et sur le Conseil de gouvernement transitoire irakien pour obtenir satisfaction", a indiqué à l’AFP Farès Mahmoud, l’un des responsables du Parti communiste ouvrier d’Irak (PCOI), une organisation d’extrême gauche aux ramifications iraniennes, clandestin sous le régime de Saddam Hussein.

M. Mahmoud affirme qu’il faut être "réaliste et agir d’abord sur les Américains, car cela est plus efficace, d’autant que (Paul) Bremer a le droit de veto sur le Conseil de gouvernement".

A ses yeux, l’actuel exécutif irakien est "une institution futile, car tout le pouvoir se trouve entre les mains de Paul Bremer", le chef de l’administration civile américaine en Irak.

Le responsable du PCOI estime à au moins 100.000 le nombre des membres du syndicat des sans-emplois, dont 30.000 à Bagdad, mais il est impossible de vérifier ce chiffre. Il existe, selon lui, des organisations locales de chômeurs à Mossoul et Kirkouk au nord, à Nassiriyah et Kerbala, au sud.

"Des soldats et des officiers ont rejoint le syndicat des sans-emplois", s’enorgueillit-il car sur les 400.000 hommes que comptait l’armée de Saddam Hussein, la coalition a décidé d’en garder que 10%. Les autres ont obtenu après des manifestations violentes de recevoir leurs soldes.

Le parti affirme avoir créé le 1er mai dernier le syndicat des chômeurs dans un pays qui compte des millions de sans-emploi, depuis la chute du régime le 9 avril.

Il affirme que son parti est en train de recréer des syndicats dans plusieurs secteurs, comme les chemins de fer, le secteur pétrolier et l’électricité.

Les organisations syndicales officielles de l’ancien régime ont été dissoutes, selon lui.

Il assure que les autorités américaines ont donné leur feu vert à la création des nouveaux syndicats.

M. Mahmoud appelle à former "un mouvement de conseils, comme des Soviets, pour donner aux Irakiens le pouvoir de décider de leur vie".

Un congrès des syndicats est planifié en septembre et un comité préparatoire pour la création des syndicats et des conseils est en cours, selon lui.

Par ailleurs, il a indiqué que le PCOI était "opposé à l’occupation américaine de l’Irak et favorable à l’organisation d’une résistance passive".

Il a toutefois rejeté les actions de guérilla telles que celles attribuées par les forces américaines à des partisans de Saddam Hussein, affirmant être favorable à des manifestations et des sit-in ainsi que de la propagande via la radio du parti, "la Voix des travailleurs", qui émet quelques heures quotidiennement.

Le responsable du PCOI s’en est en outre pris au Parti communiste irakien (PCI) qui, selon lui, "n’est intéressé qu’à avoir un poste dans le Conseil de gouvernement". Le PCI a un représentant au sein de l’exécutif irakien, Hamid Majid Moussa, son secrétaire général depuis 1993.

Crée en 1993, le PCOI revendique aujourd’hui, selon ses cadres, "plusieurs dizaines de milliers d’adhérents". Il est proche de l’organisation iranienne du même nom. Son site internet indique que le programme de ce parti "pour un monde meilleur" a été initié par Mansour Hekmat, ancien dirigeant aujourd’hui décédé, et adopté lors du premier congrès du PC ouvrier d’Iran en juillet 1994.

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)