Accueil du site - Contact

L’Union des chômeurs et son rôle dans le façonnement du paysage politique en Iraq

L’Union des chômeurs en Iraq est une organisation revendicatives pour les travailleurs au chômage en Irak. Elle a été créée par un groupes de travailleurs et de militants politiques, peu après la chute du régime de Saddam face aux américains, le 1er mai 2003, par une groupes de vingt chômeurs révolutionnaires réunis dans un immeuble occupé, appartenant à l’infâme et disparue « Fédération générale des syndicats en Irak », d’obédience Baathiste. Ils ont élu démocratiquement leur comité de direction, qui à son tour à élu Qasim Hadi comme président. Le comité a immédiatement mis en avant les revendications des chômeurs et ses principes essentiels.

Depuis cette date, l’UUI a pris part à une série de lutte en faveur de millions de femmes et d’hommes sans emploi en Irak, qui se trouvent au milieu d’un chaos horrible et sans précédent causé par la machine de guerre US. Sa revendication principale est « du boulot ou des allocations chômage pour tous ». A travers ces luttes, l’UUI a montré qu’elle était un exemple de la société civile irakienne, progressiste, civilisée, disciplinée, mais militante et combative. Après des années écrasantes de sanctions économiques américaines, de longues et douloureuses années de tyrannie Baathiste, de bombardements américaines, tous les moyens de lutte, et même de survie, semblaient s’être évanouis. L’UUI a été la réponse essentielle à la nouvelle exploitation bourgeoise et nationaliste de la classe ouvrière en Irak, appuyée sur les forces d’occupation américaines et britanniques.
Ces luttes de l’UII se sont centrées sur la revendication de l’allocation chômage pour tous les travailleurs en Irak, mais pas uniquement. Durant la première série de manifestations, organisée par un nombre croissant de membres, l’Union a demandé du boulot et de meilleures conditions de vie pour les travailleurs. Ensuite, les revendications ont été plus précises, plus focalisées. Cent dollars est apparu comme la compensation mensuelle minimum pour les chômeurs dans tout l’Irak. Le contrôle de l’union sur la question du chômage a également été mise en avant, face à l’autorité US (CPA : Autorité provinciale de la coalition).

L’UUI a également lancé treize manifestations à Bagdad, et sept dans d’autres gouvernements de l’Irak. Elle a organisé des sit-in à Bagdad, Kirkuk et Nasiriyah, le premier ayant duré 45 jours. L’UUI a également pris part à trois tables de négociations avec le CPA (administration civile US) et à treize interviews avec elle. Elle a finalement décidé de se retirer des négociations quand elle a atteint la conviction sérieuse que le camp américain n’avait aucune intention sérieuse d’accepter les revendications de l’UUI. Après une pression continue, le ministère du travail a demander à travailler avec l’Union pour parvenir à trouver une solution mutuelle à la crise.

Mais l’UUI, cependant, ne se considère pas comme une organisation simplement menée par l’économie. Elle a joué un rôle important dans le façonnement de la sphère politique irakienne par ses interventions continues dans les événements politiques et son analyse de la situation, basée sur une plate-forme progressiste pour les travailleurs. Elle joue également un rôle pour stopper le glissement de la société civile irakienne dans le tribalisme et le fanatisme religieux soutenu par les occupants. Rapidement après ses premières manifestations, le peuple irakien a commencé, directement ou indirectement, à parler de l’Union et de sa « juste » cause. L’Union est une force sociale radicale et égalitaire, qui s’oppose non seulement à la domination US et à son gouvernement fantoche, mais aussi au « scénario sombre » concocté par les Islamistes et autres pourritures fascistes et nationalistes en Irak.

Les médias nationaux et internationaux ont remarqué l’Union et ont fait de longs rapports sur ses luttes, avec beaucoup de sympathie. Ils ont commencé à parler de la pauvreté et du pillage des ressources par les américains et leurs alliés , plutôt que de leurs cérémonies religieuses sanglantes ; de la misère des ouvriers irakiens plutôt que des divisions entre sunnites et shi’ites ; de l’émergence de forces radicales et laïques en Irak, plutôt que la montée de la haine ethnique et du fascistes nourries par l’Union patriotique du Kurdistan, le « Front national Turkmène » et le groupe « Muktada al’sadr », ancêtre du Baath.

Des journalistes, hommes et femmes du monde entier, ont rejoint l’UUI dans ses luttes ; ils se sont assis avec elle sur l’asphalte brûlant des rues de Bagdad, déshydratés, avec les baïonnettes et les fusils des soldats US pointés sur leurs poitrines ; ils ont qualifiés les chômeurs unionistes de héros et de sauveurs de l’Irak.

Les organisations mondiales ont fait montre de leur sympathie et envoyé des délégués rejoindre ces luttes. Des centaines d’articles et de lettres de soutien ont été écrite en défense des travailleurs d’Irak, de partout dans le monde. Le conseil de gouvernement, après des semaines de négligence, a été obligé d’admettre qu’il y avait un grave problème de chômage et a commencé à se gratter frénétiquement la tête pour résoudre la question. Du moins c’est ce qu’ils prétendaient, sous la pression des travailleurs. La scène irakienne toute entière à changé dramatiquement.

Aujourd’hui, l’UUI s’est agrandie jusqu’à atteindre environ 250 000 membres inscrits à travers l’Irak. Avec un taux de chômage de 70 %, le rôle de l’UUI semble plus crucial qu’il ne l’a jamais été. Récemment, des dizaines de mouvements de protestation ont été lancés à Badgad et dans d’autres cités irakiennes. Des dizaines de personnes ont été tuées par balle, aussi bien par les forces occupantes que par les islamistes et la police irakienne. L’UUI doit mener ces mouvements et les amener à obtenir leurs revendications. Si elle ne bloque pas les routees de Bagdad avec des milliers de personnes ; si elle n’empêche pas les plans réactionnaires du conseil de gouvernement qui tente de transformer l’Irak en une rampe de lancement pour le terrorisme islamiste contre les travailleurs et les femmes ; si elle ne pousse pas les forces US a prendre réellement en considération la volonté politique des Irakiens, puis de quitter l’Irak ; alors l’Union aura laissé passer une grande opportunité historique.

Sans un plan d’action solide, le business continuera comme d’habitude pour la bourgeoisie réactionnaire, et la vie sera encore plus misérable, plus insoutenable pour les masses qu’elle ne l’a été. Avec le nouveau gouvernement « appointé » qui est supposé être mise en place en juin 2004, l’Irak est poussée au bord de l’abysse par les USA et ses alliés islamistes et ethnocentristes. L’UUI doit jouer son rôle en replaçant le peuple dans le champ politique, avec le parti politique des travailleurs, le Parti communiste ouvrier. le spectre du « scénario sombre » préparé par les USA et leurs alliés locaux, va continuer à écraser la vie de millions d’irakiens pour une période de temps inconnue. Attaquons le « scénario sombre », luttons pour la prospérité, la liberté et l’égalité pour toutes les personnes privées de droits en Irak.

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)