Accueil du site - Contact

Nicolas Dessaux : "créer les conditions pour que les déserteurs puissent vivre en sécurité partout dans le monde"


Le soutien au Congrès des libertés en Irak IFC trouve un écho en France :

Interview de Nicolas Dessaux, président de Solidarité Irak

La solidarité pour la résistance civile en Irak est en train de s’étendre en Europe et en Amérique. Nicolas de Solidarité Irak ( France) a participé à l’Assemblée de Zenko. Nous l’avons interviewé sur les actions en France.

Ni forces d’occupation, ni milices islamistes

MDS : Quelle est la situation actuelle en France du mouvement contre l’occupation de l’Irak ?

Aujourd’hui, la grande vague du mouvement est passée. Peu après le début de l’occupation, en France, il y a eu la grande grève des enseignants, et le mouvement contre la réforme des retraites, qui ont duré un mois et demi. L’ensemble des forces de gauche s’est mobilisé. Entre-temps, le mouvement contre la guerre en Irak était passé à l’arrière-plan.

Si nous souhaitons réellement aider les irakiens, ce qu’on doit faire, c’est appeler à soutenir les progressistes en Irak, comme le Congrès des libertés en Irak (IFC), plutôt que d’organiser des grandes manifestations comme il y a eu en 2003. L’effet de ces activités ne sera pas forcément spectaculaire ni rapide, mais je pense que c’est très important. Par exemple, le mouvement contre la guerre au Viêt-Nam a mis sept ans a devenir véritablement important.

Le problème, c’est que les gens pensent que l’Irak est devenu un tel bourbier qu’on ne peut rien faire, parce qu’ils ne voient que les forces d’occupation et les milices islamistes. Ce qui est essentiel, c’est que les gens découvrent l’existence du troisième camp et que nous ayons des perspectives claires. Notre travail et notre engement sont bien là.


MDS : Comment as-tu commencé à soutenir les progressistes en Irak ?

J’étais militant d’un groupe contre la guerre, dans la ville où j’habite, quand j’ai entendu parler des luttes progressistes en Irak. Les luttes sociales et féministes ont été les deux sujets qui ont retenu notre attention. Quand j’ai connu l’existence du syndicat des chômeurs en Irak, j’ai proposé à quelques amis de lancer un comité de soutien. Je suis allé à Londres avec deux autres amis, on y a rencontré Dashty Jamal, qui s’occupait des réfugiés irakiens. C’est lui qui nous a fait connaître les autres organisations progressistes.

On a tout de suite vu que nous nous accordons sur les mêmes principes, même si nous venions d’horizons différents, pour la défense des droits des femmes et des travailleurs, contre le nationalisme et le capitalisme.

Nous avons d’abord commencé par traduire, pour transmettre des informations correctes, les communiqués des organisations irakiens et les textes de Mansoor Hekmat. C’est comme ça que nous avons créé le site internet de Solidarité Irak, qui est renouvelé tous les deux jours en moyenne.

Il n’y a plus aucun journaliste français en Irak aujourd’hui. La dernière journaliste qui restait a été renvoyée pour « mesures de sécurité ». Au fur et à mesure que nos informations ont commencé à être diffusées, les organisations qui étaient intéressées par nos informations ont commencé à soutenir ces luttes féministes et sociales en Irak. Lentement, mais sûrement, cela porte ses fruits.

Mettre en place le soutien aux déserteurs

MDS : Quelles sont les réactions des français sur la résistance civile ?

Les Français utilisent le mot la « résistance » avec respect. A travers ce mot, nous évoquons les gens qui ont luttés contre le Nazisme entre 1939 et 1945. La résistance doit avoir des objectifs sociaux clairs. Elle ne doit pas commettre de meurtres aveugles de civils ou même d’enfants. Certains partis, comme celui de Moqtada Al-Sadr, utilisent aussi ce mot, mais ils cherchent à enfermer les femmes dans leurs maisons, à opprimer les syndicats et à créer un nouveau nationalisme. Ça ne s’appelle pas résistance mais fascisme.

Ce qu’on appelle « la résistance armée » en Irak, a été préparée par les dirigeants baasistes, qui possèdent des explosifs et desarmes en quantité industrielle. Ce n’est pas du tout pareil que la résistance française durant la seconde Guerre mondiale, qui disposait de très peu d’armes au départ. Lorsque ce gang baasiste, qui a assassiné les Kurdes avec des gaz de combat, parle de résistance aujourd’hui, ça ne veut rien dire.

Au début, certains ont cru qu’il fallait appuyer toute les forces de résistance, mais ils ont commencé à se rendre compte, en visitant notre site internet, qu’il y existait quelque chose différent, et qu’ils devaient choisir leur camp.

Quelles sont les activités de Solidarité Irak ?

L’essentiel de notre travail est d’agir auprès de syndicats et d’organisations pour gagner leur soutien auprès des mouvements comme le Syndicat des chômeurs et l’OLFI. Nous voulons que les gens se souviennent du mouvement en 2003 contre la guerre en Irak et qu’ils poursuivent leur engagement par le soutien aux luttes progressistes en Irak.

A notre niveau, nous soutenons aussi les réfugiés irakiens en France. Les réfugiés sont obligés de vivre dans des conditions difficiles, comme être sans logement. La police passe son temps à les pourchasser. Nous sommes entrés en contact avec plusieurs associations qui soutiennent les réfugiés, et nous essayons de leur apporter de l’aide. Nous allons organiser un meeting avec Dashty Jamal à Calais, pour que les réfugiés puisse le rencontrer. Dans cette ville, à cause de la répression policière, les réfugiés survivent dans les bois aux alentours de Calais.

Nous envisageons également de mettre en place un soutien pour les déserteurs. Certains déserteurs américains qui risquent d’être arrêtés ou même d’être exécutés vivent comme réfugiés politiques au Canada. Il est important que les pacifistes les soutiennent. Parce que si la désertion devient un phénomène massif, les forces d’occupation commenceront à s’effondrer de l’intérieur et cela obligera les gouvernements à retirer leurs troupes. Il faut créer les conditions pour que les déserteurs puissent vivre en sécurité partout dans le monde, et qu’ils le sachent. Les soldats japonais qui souhaitent déserter seront bienvenus en France !


MDS : Quelles sont vos impressions sur cette Assemblée de Zenko ?

Je suis très honoré d’avoir été invité à cette rencontre. Je suis convaincu de la nécessité de travailler ensemble au niveau mondial. A cette Assemblée, j’ai entendu des choses importantes. Je voudrai que ce soit une base pour l’étape suivante, que nous puissions travailler ensemble autant que possible. Je voudrai surtout que ce soit un signe positif pour créer d’autres comités dans les pays où les gens ne connaissent pas encore le Congrès des libertés en Irak (IFC). La solidarité internationale est essentielle pour cela.

MDS : Quel est votre message pour les camarades japonais ?

Nous n’avons pas choisi les forces d’occupation, ni les armées islamistes. Mais nous devons être fiers d’avoir choisi le camp des luttes sociales et féministes pour la liberté et la paix en Irak. A présent, la mondialisation du capitalisme et ses guerres sont au premier plan, mais nous devons continuer à bâtir la mondialisation de la paix, de la liberté et de l’égalité.

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)