Accueil du site - Contact

Des hôpitaux sous le feu de la coalition

Ramadi le 29 Novembre,

Alors que les combats continuent dans la province agitée d’Al-Anbar, le personnel hospitalier dénonce les raids réguliers et les intrusions des militaires américains.

Ceux-ci surgissent en effet régulièrement alors que les hôpitaux font face à une pénurie croissante de denrées essentielles et d’équipements.

Selon les docteurs, deux hôpitaux de Ramadi (ville située à environ 110 km à l’ouest de Bagdad) sont les cibles régulières des attaques américaines.

« L’hôpital général et celui de la maternité sont les deux principaux dispensaires de la ville », précisent les professionnels de la santé. « Ils ont tous les deux été attaqués deux fois en une semaine par les forces américaines sous prétexte qu’elles recherchaient des militants. »

« Les soldats américains défoncent les portes, fouillent dans nos dossiers et vont jusqu’à arrêter le personnel médical. Ils ne respectent aucune loi. »

D’autres praticiens dénoncent le manque d’infrastructures et d’équipements adéquats.

Le Docteur Abdul Qader, qui travaille à l’hôpital général de Ramadi, a signalé à IPS l’insuffisance de moniteurs au sein de l’unité des soins intensifs ainsi que l’état déplorable du scanner et de plusieurs appareils. Ce type de problème est devenu on ne peut plus fréquent dans cette province.

« Outre le manque d’électricité, les piètres livraisons de fuel ne nous permettent pas de faire fonctionner correctement nos générateurs », explique le docteur Qader.
« Nos machines tombent souvent en panne, ce qui met nos patients dans des situations très critiques. »

On observe à Bagdad le même type de problèmes depuis environ un an. « Nous avons eu une panne d’électricité pendant que quelqu’un se faisait opérer », explique Ahlan Bar, Directeur des infirmiers au CHU de Yarmouk, « il est mort sur la table d’opération parce que nous n’avions plus assez d’énergie pour nos appareils. »

Les professionnels de la santé affirment que les attaques incessantes des militants pourraient amener les forces américaines à détenir plus de docteurs ; « seul 40% du personnel requis est vraiment effectif : par exemple, comme nous n’avons pas d’anesthésiste, les infirmiers les remplacent. Le personnel médical a généralement trop peur de travailler dans notre province. »

Les docteurs expriment leur mécontentement envers les Américains qui ont imposé un couvre feu à 19 heures. Les services de santé s’arrêtent à 17 heures afin que le personnel médical puisse rentrer à temps.
La quatrième Convention de Genève a pourtant établi des dispositions spécifiques quant à l’attribution des vivres et des soins : l’article 55 déclare que le pouvoir occupant doit approvisionner la population en nourriture et en médicaments si les ressources du territoire occupé sont insuffisantes.

L’article 56 dit : « le pouvoir occupant a le devoir d’assurer et de maintenir, avec le concours des autorités locales et nationales, l’établissement des services médicaux et hospitaliers [...] ainsi que les mesures nécessaires à l’évitement des épidémies. Le personnel médical devrait pouvoir accomplir ses devoirs ».

Malgré cela, les forces américaines continuent de prendre pour cible les hôpitaux. Le Dr Qasim (de l’hôpital d’Al-Qa’im) qui est venu à Ramadi afin d’obtenir des médicaments a déclaré à IPS que l’établissement dans lequel il exerce a été attaqué par les forces de l’occupation le 7 Novembre.

« Ce jour là, une bonne partie de notre hôpital a été détruite et la résidence des docteurs a été totalement abattue », a-t-il expliqué. « Le lendemain, ils se sont attaqués au reste de l’établissement, incluant les urgences et les résidences du personnel. Les patients ont été transférés à l’hôpital d’Obeidy via deux ambulances et quelques voitures civiles ».

« Même nos véhicules de fonction ont été pris pour cible par les soldats », ajoute-t-il. « Dans la ville d’Obeidy, l’hôpital a été assiégé : nous avons dû travailler trois semaines durant sans équipement adéquat ».

L’officiel de la santé a précisé qu’il n’avait que dix ambulances à sa disposition et qu’il fallait l’autorisation des Américains pour les utiliser. « Et même quand on a pu obtenir leur permission, près de la moitié de nos ambulances ont été assaillies ».

Récemment, à Khaldiya (près de Fallujah) un homme blessé par balle a été détenu avec deux docteurs dans l’une d’entre elles. « Nous avons sollicité à maintes reprises l’aide des soldats américains. Ils m’ont alors accusé d’aider des terroristes alors que je n’ai rien à voir avec la situation actuelle mais que je m’occupe des blessés parce que j’ai prêté serment. Nous sommes à présent deux millions à vivre cette tragédie ».

Traduction depuis l’anglais : Lucy Louzet

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)