Accueil du site - Contact

Irak : des balles contre une manifestation de chômeurs

Dans la ville d’Al Amarah, située au sud-est de l’Irak et sous contrôle des troupes britanniques, six personnes ont été tuées et onze autres blessées samedi 10 janvier, alors qu’elles manifestaient pour réclamer du travail.

Plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées devant le siège régional de la coalition pour réclamer des emplois qui leur avaient été promis deux jours avant par les forces occupantes, à l’issue d’une précédente manifestation. Au bout d’un moment, les manifestants se sont énervés. En réponse à des jets de pierre et, selon un porte-parole militaire britannique, à des coups de feu, les soldats irakiens ont ouvert le feu, appuyés par des troupes britanniques venues en renfort.

La population est excédée par les conditions de vie difficiles, le manque de nourriture, d’électricité, de soins, et surtout le chômage, auxquels s’ajoutent les exactions, les rafles et les arrestations commises par les troupes d’occupation.

Alors que les Américains sont venus prétendument en libérateurs pour apporter la démocratie au peuple irakien, les manifestations de chômeurs sont presque systématiquement réprimées, même si ce n’est pas avec la même violence qu’à Al Amarah, tandis que le niveau de vie des Irakiens, qui s’est considérablement dégradé avec les deux guerres et l’embargo, ne connaît aucune amélioration. Le taux de chômage se situe entre 50 et 60% de la population active et les salaires, pour ceux qui ont un emploi, sont plafonnés à 60 dollars par les autorités d’occupation. Dans les manifestations, outre les emplois qu’on leur avait promis (300000 pour les Américains), les Irakiens réclament que le salaire minimum soit porté à 100 euros, pour leur permettre de survivre dans ce pays qui connaît un véritable désastre économique orchestré par les grandes puissances.

En réponse, ils ont les balles des troupes d’occupation ou de leurs auxiliaires locaux. Voilà le triste visage de la « démocratie » et de la « prospérité » que devaient apporter les « libérateurs ».

M. L.

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)