Accueil du site - Contact

Iran : à l’approche du premier mai, la classe ouvrière dans des batailles déterminantes

Alors qu’approche le premier mai, la classe ouvrière d’Iran fait face à des batailles déterminantes, liées non seulement à la résistance face aux attaques de la République Islamique mais aussi au cauchemar de la guerre et aux intimidations du capital mondial, aux actes de l’Etat U.S. qui se veut le gendarme du monde ; toutes choses qui ont semé le trouble et l’incertitude dans la vie de la société iranienne.

La terreur éclipse la question de la civilisation , de la sécurité, des conditions de vie, comme elle éclipse la volonté de la classe ouvrière et d’une population entière, de 70 millions de personnes, de renverser le pouvoir islamique en Iran. La classe ouvrière, cependant, reste la classe qui peut inverser la tendance et changer la situation. La participation rapide et déterminée de la classe ouvrière pour mettre un terme à la République Islamique peut changer le monde entier comme la situation locale en mettant un coup d’arrêt au dénuement qui frappe les travailleurs et la population en Iran et dans tout le Moyen-Orient. C’est la mission centrale que la classe ouvrière est capable de relever ; comme l’a fait la classe ouvrière en Russie durant la première guerre mondiale, en contrant le bombardement idéologique des partis nationalistes de gauche et de droite qui défendaient leur "mère patrie", lorsqu’elle s’est hissée autour de son drapeau indépendant sous la direction des communistes et de Lénine. Ce premier mai doit être mis à profit ; il doit être le jour où d’importants secteurs de notre classe prendront conscience de leur mission historique.

La République Islamique est la matérialisation du caractère anti-humain du capitalisme. Les blessures profondes de générations entières d’ouvriers et de travailleurs en Iran le mettent en évidence. De larges secteurs de la société, qui n’ont que leur travail pour vivre, sont endettés et payent continuellement pour ce système qui a la tête en bas. Ces foules de personnes doivent se piétiner les unes les autres dans la course à l’emploi, pour entretenir, par leur travail à coût réduir, la santé et les profits hallucinants d’une minorité de parasites. Puis leurs vies est à nouveau piétinée par une atmosphère de guerre et de préparatifs militaires, par l’armée et le terrorisme des lois religieuses et par une variété infinie de discriminations, d’emprisonnements et de gardes de prison. Et lorsqu’elles survivent, elles doivent alors lutter avec la rudesse de la pauvreté, la dépression, la toxicomanie et le dénuement.

Malgré toute sa sauvagerie, la République Islamique n’est pas capable d’empêcher l’acte humain basique, qu’aucun pouvoir ne peut éliminer : celui de rechercher une vie meilleure. Pendant des années, la population d’Iran a ouvert les yeux chaque jour avec cette volonté de protester, de faire grève, et de trouver des solutions pour améliorer sa situation. Ici, le premier mai est une de ces solutions, qui permet d’entremêler les protestations sociales avec la force réelle qui permet le changement, la classe ouvrière. Ce jour là, la société entière, la classe ouvrière elle-même, ont les yeux tourné vers les moyens de productions et les travailleurs. Ce jour là, la dispersion, la faiblesse et l’incapacité sont laissées de côté, et les meetings et rassemblements agissent comme de fortes impulsions pour les activités futures.

La classe ouvrière en Iran n’a jamais fait face au dénuement, à la pauvreté et à l’exploitation à une telle échelle, mais elle n’a jamais eu non plus l’appui de tant de monde, de millions de protestataires.

L’extension des actions de grève l’année dernière, et particulièrement la grève de masse des transports publics à Téhéran, manifeste clairement le haut potentiel, aussi bien que les faiblesses dans les rangs des travailleurs conscients et communistes qui, dans les points névralgiques de la production, ne prennent pas encore entre leurs mains le destin de leur classe et de la société entière.

Les conditions politiques actuelles, cruciales et dangereuses, donnent au premier mai une importance spéciale. La guerre et la machine belliciste entre la République Islamique et les U.S.A. menacent les conditions de vie et la vie de beaucoup en Iran : la civilisation et toutes ses empreintes, les écoles ou les logements résidentiels, mais aussi les centres de la production, doivent être détruits pour laisser la place à un futur plus sombre. Ici et maintenant, aucune protestation n’est plus justifiée que celle des travailleurs, contre les intimidations et les chantages de la République Islamique, contre sa machine de guerre et l’atmosphère actuelle. Aucune voix ne peut s’adresser au monde sinon celle de la protestation ouvrière. Aucune force n’est plus puissante et influente que la classe ouvrière qui peut diriger l’insurrection qui renversera la République Islamique et mettra fin au cauchemar du scénario noir et des menaces de guerre et de dénuement qui planent sur 70 millions de personnes. C’est le moment pour la classe prolétarienne, face aux nationalistes, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition, de marquer sa propre perspective au centre des conditions politiques iraniennes. Notre classe doit prendre garde à ne pas devenir la force d’appoint des partis et courants nationalistes et réactionnaires. Au contraire, notre puissante classe internationale, qui a montré son poids par exemple en France, lorsqu’elle verra monter le drapeau des ouvriers et du communisme en Iran, aura le potentiel et la capacité pour s’organiser et contrecarrer la volonté destructrice du nouvel ordre mondial capitaliste et des U.S.A. à sa tête ; elle pourra rassembler ses forces contre le bombardement de la propagande bourgeoise, augmenter le niveau de vie et les acquis des ouvriers à l’échelle du monde ; et soulever de nouveau le spectre du pouvoir des travailleurs et du communisme de Marx tout autour du monde.

A l’approche du premier mai cette année, en plus de toutes les revendications légitimes de la classe ouvrière, la liberté d’association et la liberté pour Osanloo [chef syndical des transports publics de Téhéran - NdT], le Parti Hekmatiste, les dirigeants ouvriers et les secteurs clefs de la classe ouvrière en Iran doivent prendre la direction du vaste mouvement pour le renversement immédiat de la République Islamique, pour garantir la survie de la société et de l’humanité en Iran. Ils doivent être un pivot dans les rangs internationaux des travailleurs et de l’humanité en lutte contre les menaces du nouvel ordre capitaliste. C’est la réalité, et c’est la grande mission qui est à l’ordre du jour de ce premier mai.

22 Avril 2006,
Parti Communiste-ouvrier d’Iran - Hekmatiste

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- The Network of Anti-Trafficking in women had held the ninth conference in Dhi Qar in Commerce Hall in Nasria province.(OWFI - 9 août 2017)
- OWFI’s staff distributing the first deliveries from the food bags on women and children in the Eastern side of Mosul(OWFI - 9 août 2017)
- OWFI’s reception center in the front lines of Rubida village(OWFI - 9 août 2017)
- OWFI staff distribute flour bags(OWFI - 9 août 2017)
- OWFI refused the Women of Courage Award from the Department of Foreign Affairs of the US(OWFI - 9 août 2017)
- March 8th : A day in opposition against the genocide on the people of Mosul(OWFI - 9 août 2017)
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)