Accueil du site - Contact

Plus de 150 000 € déjà collectés au Japon pour créer la télévision du Congrès des libertés en Irak

Fumihiro Mori, vice-président du Comité japonais de soutien à la résistance civile en Irak, explique pourquoi et comment ils ont pu collecter, en quelques mois, la moitié de la somme nécessaire à la création d’une télévision par satellite pour le Congrès des libertés en Irak

Comment êtes vous devenus membres du Congrès des libertés en Irak (IFC) ?

Fumihiro Mori : Je fais partie du comité d’organisation de Zenko, l’assemblée nationale pour la paix et la démocratie, depuis 1997. Je suis particulièrement en charge de la solidarité internationale. Nous avons pris part au mouvement contre la guerre depuis des années. Après le 11 septembre 2001, nous avons lancé un mouvement contre la « guerre à la terreur » des administrations Bush et Koizumi, le premier ministre japonais, et contre l’invasion de l’Afghanistan. Nous avons participé au mouvement mondial pour empêcher la guerre en Irak en 2002-03. Puis nous avons participé au Tribunal criminel international pour l’Afghanistan, et au Tribunal criminel international pour l’Irak, où Bush, Blair et Koizumi ont été mis en accusation pour leurs guerres criminelles contre ces deux pays.

C’est en nous intéressant aux luttes de la population elle-même contre l’occupation en Irak, que nous avons pris connaissance de l’existence de luttes sociales, et particulièrement du Syndicat des chômeurs en Irak (UUI). J’ai appelé Aso Jabbar et invité les délégués de l’UUI à l’audience publique du Tribunal criminel international pour l’Irak, puis pour ler mai 2004. Nous avons également invité des représentants de la résistance civile en Irak, y compris Yannar Mohammed (Organisation pour la liberté des femmes en Irak) et Qasim Hadi (Syndicat des chômeurs en Irak).

Rapidement, nous avons compris que seul la résistance civile en Irak peut mettre hors d’Irak à la fois avec les forces d’occupation et celles de l’Islam politique. Nous considérons comme essentiel de faire progresser la solidarité internationale avec le Congrès des libertés en Irak (IFC).

Dès septembre 2004, nous avons créé le Comité japonais de soutien avec la résistance civile en Irak. Le nombre d’adhérents est actuellement d’environ 750 personnes. Nous avons invité des représentants de la résistance civile en Irak et organisé de nombreux meetings et manifestations internationales contre l‘occupation.

Il était donc tout naturel, pour le Comité japonais de soutien avec la résistance civile en Irak, et pour le Mouvement pour le socialisme démocratique, de rejoindre le Congrès des libertés en Irak (IFC). C’est ce que nous avons fait dès 2005.

Comment a démarré la campagne pour lever des fonds pour la télé par satellite du Congrès des libertés en Irak (IFC) ?

Fumihiro Mori : Nous avons organisé une conférence pour exiger le retrait immédiat des troupes d’occupation en Irak et pour la reconstruction d’un Irak démocratique, en solidarité avec le Congrès des libertés en Irak (IFC), au Japon les 28-29 janvier 2006, avec des militants venus d’Irak, des USA, de Corée du Sud, d’Indonésie, des Philippines...

Nous pensons que cela a été une étape très importante pour le mouvement mondial contre la guerre et contre l’occupation en Irak. Depuis, l’AFSC [importante ONG états-unienne, liée aux Quakers] et USLAW [Syndicalistes US contre la guerre, qui regroupe un million de syndiqués] soutiennent l’IFC.

A cette occasion, nous avons rédigé une résolution de la conférence internationale, en soutien au canal satellite de l’IFC.

Comment s’est organisée cette campagne ?

Fumihiro Mori : Nous avons créé un comité de soutien financier à Peace TV en Irak. Pour mettre fin à la guerre civile en Irak, l’IFC est la seule alternative, et l’IFC a besoin d’une télévision par satellite pour diffuser son programme le plus largement. Presque toutes les familles regardent les télévisions par satellite et c’est la principale source d’information en Iraq. Il fallait 400 000 dollars [315 000 €], soit 50 millions de yen, donc on a demandé 10 000 [68 €] yen par personne.

On a étudié et discuté encore et encore sur la situation en Irak, et peu à peu, un nombre croissant de gens ont compris que la télé de l’IFC était un enjeu sérieux pour mettre fin au chaos en Irak. On a écrit à des centaines de personnes, crée un site web spécialement pour cette campagne. Puis on a diffusé les films sur la résistance civile en Irak, sur l’IFC, sur la situation des enfants. On en prépare un nouveau sur le voyage de Samir Adil, le président de l’IFC, aux USA. On a organisé de nombreuses expositions sur les dessins et les photos d’enfants irakiens, qui nous ont fournies par le Centre de protection des droits des enfants à Bagdad.

Les participants ont bien compris la situation en Irak, et compris pourquoi la télé de l’IFC était nécessaire. De plus en plus, les gens, particulièrement les jeunes, se sont investis dans cette campagne. C’est qu’ils ont compris non seulement la situation, mais aussi les perspectives. L’IFC organise les travailleurs. Le Syndicat de la compagnie pétrolière du sud a rejoint l’IFC et a appelé à la grève. L’OLFI organise des centres d’accueil pour femmes pour protéger les victimes de crimes d’honneur et des gangs islamistes. De plus en plus de gens ont confiance dans le fait que l’IFC est le seul moyen de mettre fin à l’occupation et de restaurer la société civile en Irak. Et ils éprouvent une sympathie profonde et solidaire pour l’IFC, qui a été impliqué dans le mouvement global contre la guerre, par exemple le 19 mars.

Qui sont les donateurs ?

Fumihiro Mori : La plupart sont des gens ordinaires. Un retraité, un monsieur de 70 ans, a apporté 200 000 yens [1360 €] à la manifestation contre l’occupation en Irak, le 19 mars 2006. Il a dit « Je lit le Weekly MDS [journal du Mouvement pour le socialisme démocratique] et j’ai vu le rapport sur la conférence internationale de solidarité avec l’IFC, en janvier. Je crois qu’il faut vraiment ce canal satellite pour l’IFC ».

Un autre retraité nous a envoyé 2000 yens [13,6 €], avec une lettre disant : « Je voudrais pouvoir contribuer plus, mais je ne reçois que 20 000 yens par mois, comme allocation handicap. Cette petite somme est très importante pour moi ».

Un salarié a envoyé 500 000 yens [3400 €] sur le compte bancaire de la campagne, en disant : « Je crois que ce n’est pas très cher, parce ce que j’achète, c’est un futur meilleur pour des êtres humains ».

Une dizaine de personnes ont envoyées plus de 500 000 yens, et une centaine ont envoyés plus de 100 000 yens [680 €], mais la plupart des donateurs ont envoyé 10 000 yens.

Quel est ton bilan global ?

Fumihiro Mori : Le peuple japonais a connu une expérience douloureuse durant la seconde guerre mondiale, et ne soutient pas l’envoi de troupes d’occupation, des « troupes d’autodéfense ». La plupart souhaitent le maintien de l’article 9 de la constitution et dénoncent toute forme de guerre et d’armée [la constitution du Japon lui interdit en effet de disposer d’une armée, amis le premier ministre Koizumi souhaite l’abrogation de cet article].

L’IFC montre la réalité de l’occupation, mais aussi une perspective réelle pour y mettre fin et construire une société laïque, non-nationaliste, démocratique, autrement que par la résistance armée. Cela encourage les amis de la paix et renforce le mouvement anti-guerre, y compris au Japon.

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)