Accueil du site - Contact

Stop aux exécutions des femmes emprisonnées en Irak

Onze détenues ont été déplacées dans la prison hautement surveillée à Kadhimia à Bagdad, il y a deux mois, afin de subir la peine capitale. En dépit du système démocratique et des promesses de libération, l’état irakien continue de revendiquer le droit de mettre fin à la vie des citoyens quand il le juge nécessaire, comme si les citoyens étaient une propriété de l’état dont il pouvait disposer pour les tuer. De plus, l’état légitime ces assassinats par un procès sous couvert de peine capitale.

Kasima Hamid est l’une des onze femmes incarcérées dans le quartier de la mort. Elle vient d’être exécutée en Juin, tandis que Lamia Adnan est morte d’une crise cardiaque en raison de la peur qui lui a été infligée. Quant aux autres femmes, elles vivent dans un quotidien fait de terreur, dans l’attente de la mort, dans la peur de laisser leurs enfants orphelins.

Ce sont neuf femmes qui s’attendent à chaque instant à être exécutées, ayant perdu tout espoir de vivre. L’OWFI suit leurs familles en tentant de les aider à sortir de leur tragédie et de leurs difficultés, qui sont pour la plupart le résultat du chaos politique actuel.

Nous demandons l’annulation de la décision qui ordonne l’exécution de ces femmes et, qu’en attendant un jugement équitable, leur retour immédiat en détention « normale ».

Les femmes qui attendent dans le couloir de la mort sont : Samar Saad, Shirooq Hassoun, Sabreen Nasser, Samira Abdulla, Um Hussein, Hanan, Thikra Fakhry, Luma Adnan, et Wassan Taleb.

L’OWFI demande aussi un jugement équitable pour Samar Saad, Wassam Taleb et toutes celles qui sont condamnées pour les crimes qui ont été commis loin de chez elles par leurs maris ou leurs parents de sexe masculin. Néanmoins, certaines ont été condamnées à mort… plusieurs fois, dans le cadre d’une procédure légale aussi superficielle qu’expéditive.

L’OWFI adresse un appel auprès du Premier ministre et du Président. Néanmoins, nous ne sommes pas optimistes sur une suite positive s’il n’y a pas des pressions internationales. Par conséquent, nous appelons toutes les organisations de femmes et des droits humains à soutenir notre demande exigeant l’arrêt de condamner à mort ces femmes. Aucun être humain n’a le droit d’être tué quelle que soient les accusations.

Organization of Women’s Freedom in Iraq / Organisation pour la liberté des femmes en Irak

25 juillet 2009

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)