Accueil du site - Contact

Les femmes irakiennes luttent toujours pour la liberté et l’égalité

par Yanar Mohammed, présidente de l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak (OWFI), qu’elle a co-fondé peu après l’invasion américaine en 2003. Propos recueillis par Anne Jaclard, d’Initiative marxiste-humaniste (MHI).

L’Irak est vite devenu une histoire oubliée du reste du monde, mais des femmes continuent à être tuées dans les rues de Bagdad simplement parce qu’elles sont des femmes. Les militantes de l’OWFI sont toujours dans un danger constant d’assassinat par les islamistes. Je dois dormir dans des endroits secrets et toujours voyager avec des gardes du corps, et nous avons besoin de gardes pour protéger notre bureau. Heureusement, nous partageons un bâtiment avec la Fédération des syndicats et conseils ouvriers en Irak (FWCUI), qui soutient tous nos efforts, nos actions et notre programme.

Un de nos nouveaux projets consiste en un travail de terrain pour la syndicalisation des travailleuses, un projet commun avec la FWCUI. Peu de femmes en Irak sont dans les syndicats, et la plupart des autres syndicats ont montré peu d’intérêt à les y attirer. Notre projet, appelé « femmes au travail, » consiste en ce moment à trouver des infirmières intéressées dans les hôpitaux privés et à les aider à militer, afin qu’elles puissent démarrer des comités de syndicalisation. Ces comités préparent désormais une conférence annuelle des infirmières. Nous avons trouvé quelques femmes « expérimentées » qui étaient syndicalistes sous Saddam, mais elles tendent à être nationalistes ou résignées au patriarcat ; nous voulons aider à l’émergence de nouvelles militantes.

En octobre, nous avons débuté des programmes sur notre nouvelle station de radio. Je suis vraiment enthousiaste à ce sujet, parce que la radio et la TV sont importantes pour faire connaître l’OWFI et engager la discussion sur les droits des femmes en général. Après que le gouvernement ait censuré l’OWFI sur leurs stations de télévision d’État, nous avons besoin de nos propres moyens de communication. Nous sommes déjà débordés de demandes d’interventions dans les émissions. Notre règle est que tout le matériel que nous diffusons doit être laïque, égalitaire et féministe. Il est important de faire évoluer les gens vers la gauche, qu’ils entendent autre chose que les programmes religieux qui sont maintenant partout à la radio.

Nous avons récemment achevé un rapport anti-trafic qui a fait sensation. L’étude a détaillé les réseaux de trafic énormes en Irak qui enlèvent et passent des filles et des femmes en contrebande dans d’autres pays où elles sont vendues pour la prostitution. Un réseau de trafiquants prend des filles âgées de 11 à 15 ans, tranche d’âge recherchée dans certains pays. Nous avons rédigé un volumineux rapport, mais qu’allions nous en faire, parce que le gouvernement irakien n’admettra pas que ce problème existe. Quand nous avons envoyé une militante de l’OWFI hors du pays pour faire connaître le rapport sur une station de télévision, le gouvernement irakien a passé les trois jours suivants à nous dénoncer sur sa station de télévision, Al Iraqia. Ils ont montré l’ image « d’une femme qui appelle les femmes irakiennes des prostituées, » ce qui naturellement en fait une cible de choix pour les islamistes et les nationalistes.

Le gouvernement nous avait déjà souvent dénoncé auparavant, mais l’ampleur de cette campagne semble disproportionnée. En fait, nous avons été avertis que si nous faisons quoique ce soit de plus avec ce rapport, nous serions sûrement assassinés par les réseaux de trafiquants !

L’OWFI continue à éditer notre journal, « Equality », et à faire fonctionner des refuges pour les femmes en fuite menacées de crimes d’ « honneur ». Nous disposons maintenant de trois maisons sûres et secrètes à Bagdad et dans sa banlieue. Elles sont entretenues par des équipes de familles que nous formons.

L’OWFI n’est pas impliquée dans les prochaines élections nationales. Quelques unes de nos membres s’apprêtaient à y participer sous l’étiquette « Liberté et Égalité » mais désormais elles ne vont pas le faire, puisque nous constatons une nouvelle loi électorale qui est formatée pour donner aux groupes religieux et ethniques le plein contrôle de leurs secteurs. La dernière élection a été complètement dominée par des partis formées sur des bases religieuses et ethniques, et regarde ce qui s’est produit.

Il est complètement faux que les femmes ou les hommes aient tiré quelque avantage de plus de six années d’occupation étrangère. Par exemple, la nouvelle constitution contient l’article 41, qui permet à la Sharia de remplacer le droit de la famille précédemment connu sous le nom de « personal status law ». Autre exemple : la syndicalisation est encore illégale pour les travailleurs du secteur public, qui forment une grande partie de la main d’œuvre.

Nous vivons dans des bâtiments à Bagdad qui recevaient une alimentation électrique normale avant l’invasion, et qui reçoivent désormais l’électricité seulement une heure le matin et une heure la nuit. Si tu veux de l’électricité le reste du temps, tu dois l’acheter au prix fort à un vendeur privé. Les carburants de toutes sortes sont devenus aussi chers qu’à New York (la course de taxi coûte le même prix). La situation des femmes s’est considérablement détériorée du fait des dangers de la guerre, du manque de sécurité et de l’ascendant de l’Islam politique, tout spécialement sur la question de nombreuses filles qui n’ont plus accès à l’éducation. En fait, j’estime que vingt pour cent des membres de l’OWFI sont illettrées, particulièrement les femmes les plus jeunes.

(traduit de l’anglais par Stéphane Julien)

Traductions
English
Italiano
Deutsch
Castellano
Other
Português

Thèmes
Situation sociale
Mouvement social
Femmes
Laïcité
Vie de l’asso
Résistances
Moyen Orient
Occupation
Analyses
Réfugié-es
Actions
Témoignage
Photo
Prisons
International
Minorités sexuelles

Auteurs
Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak
Congrès des libertés en Irak
Solidarité internationale
Parti communiste-ouvrier d’Irak
Fédération internationale des réfugiés irakiens
Yanar Mohammed
Solidarité Irak
Nicolas Dessaux
Houzan Mahmoud
Stéphane Julien
Olivier Théo
Falah Alwan
Bill Weinberg
Organisation pour la liberté des femmes en Irak
Mansoor Hekmat
Azar Majedi
SUD Education
Camille Boudjak
Parti communiste-ouvrier du Kurdistan
Karim Landais
Muayad Ahmed
Richard Greeman
Tewfik Allal
Alexandre de Lyon
Fédération irakienne des syndicats du pétrole
Yves Coleman
Olivier Delbeke
Regroupement révolutionnaire caennais
Vincent Présumey

Dernières nouvelles
- Important New Support for OWFI’s Work from European Funders(OWFI - 12 février 2017)
- Bread Baking Stoves and Supplies Empower Women in IDP Camp to Feed and Support Many Others(OWFI - 12 février 2017)
- OWFI Sheltering More Women than Ever Before(OWFI - 12 février 2017)
- The city of Mosul is devastated.(OWFI - 12 février 2017)
- In Conversation : Yanar Mohammed on trafficking in Iraq(OWFI - 22 juin 2016)
- From where I stand : Yanar Mohammed(OWFI - 22 juin 2016)
- OWFI Statement(OWFI - 19 mars 2016)
- OWFI held the founding event of organizing a Black-Iraqi Women’s gathering on 16th of February(OWFI - 19 mars 2016)